Accueil Tizi Ouzou La caroube, une richesse inexploitée

Agriculture

La caroube, une richesse inexploitée

759

Cet arbre imposant trône pratiquement dans tous les villages de Kabylie. Souvent, plusieurs caroubiers dont l’âge se compte par siècles se dressent dans les recoins des villages. Dans les champs, cet arbre imposant mais dont la présence est facilement oubliée pousse par dizaines.

En effet, chaque famille en possède quelques-uns mais beaucoup ne pensent jamais à en extraire les fruits. Souvent, on les laisse à un villageois qui possède des moutons ou des bêtes de somme qui en raffolent. Pourtant, rien qu’en Kabylie, sa production peut atteindre celle des pays dits grands producteurs, comme Chypre et l’Espagne. Nos voisins, la Tunisie et le Maroc qui est le deuxième plus gros producteur mondial, l’exploitent déjà pour quelques industries et font même son exportation. Il faut savoir que la noblesse de ce fruit remonte à des siècles.

En effet, dans les siècles médiévaux, les joailliers se servaient de ses carats ou de ses graines pour peser l’or et les pierres précieuses, d’où le maintient du nom de l’unité en carat qui veut dire la graine de caroube. La richesse de ce fruit en sucres permet aussi d’utiliser sa farine, en l’additionnant au cacao dont l’utilisation, au niveau commercial, est importante. Aussi, sa graine contient des gommes utilisées dans plusieurs industries.

A noter qu’une tonne de caroube chypriote donne 20 kg de gomme utilisée en imprimerie et en photographie. On l’utilise aussi comme matière plastique, encre, cirage, cosmétique et surtout en industrie alimentaire dans la fabrication des sauces, de la mayonnaise et des glaces. Mais dans notre pays, cet arbre est complètement ignoré. Même dans les statistiques ayant trait aux feux de forêt, le caroubier ne figure pas. Cette richesse n’est pas exploitée à l’instar de tous les pays méditerranéens dont nous faisons partie intégrantes mais avec moins d’entrain.

Enfin, il est à noter que notre région est très peuplée de caroubiers et que ses capacités à se hisser au niveau des plus gros producteurs sont réelles pour peu qu’un intérêt soit porté à cet arbre de la famille des légumineux. Il en est de même pour beaucoup de variétés d’arbres très exploités dans le Bassin méditerranéen. Alors que sous d’autres cieux, les richesses se créent à partir de ces arbres, ce n’est pas encore le cas dans notre pays.

Il convient de noter que le développement de la culture de ces variétés peut enclencher une véritable dynamique industrielle. D’ailleurs, l’agroalimentaire est un segment qui pourra permettre cet essor. A titre d’exemples, des pays comme la Grèce, Chypre ou encore ceux du Sud de la Méditerranée en ont fait des segments importants de leur développement.
Akli N.