Accueil Tizi Ouzou La crise d’eau sévit toujours

Taourirt Moussa

La crise d’eau sévit toujours

394

Les citoyens du village Taourirt-Moussa dans la commune d’Aït-Mahmoud, relevant de la daïra de Béni Douala, souffrent de la pénurie d’eau depuis un bon moment. D’ailleurs, ils expriment leur grand désarroi, eux dont les robinets sont à sec même lorsque le pompage est effectué. Cela est dû, selon eux, à l’insuffisance de la quantité réservée et au pompage qui s’effectue une journée sur trois, alors qu’il se faisait un moment donné toute la journée. «Nous lançons un appel aux services de l’ADE pour lancer des opérations d’inspection dans notre village. Même lorsque le château est ouvert, le temps que l’eau arrive chez nous, il est déjà vide.

Mais ceux qui ont le branchement d’arrivée peuvent s’approvisionner ainsi que les habitants proches du château», se plaint un habitant du village. Une situation engendrée par les problèmes de pompage, au niveau du château d’eau sis à Takhoukht, à cause de la vétusté du matériel. Les membres du Comité du village, pour leur part, ne cessent de réclamer auprès des services concernés. «Un nouveau moteur a été acquis mais au jour d’aujourd’hui, il n’est pas mis en service. Nous avons toujours le même problème», dira un membre du Comité du village.

Notre interlocuteur ajoutera : «C’est toute la commune qui subit cette mauvaise distribution de l’eau pas du tout équitable. Auparavant, on recevait notre part une journée sur deux et maintenant, c’est une journée sur trois, ce qui est loin de répondre à nos besoins.» De nombreuses fuites d’eau sont visibles dans les conduites d’autres villages, tels que Taguemout-Azouz de la même commune. Des fuites auxquelles une solution n’a guère été trouvée et qui durent depuis longtemps, notamment au niveau du tronçon de l’embranchement en allant vers le centre-ville de Béni Douala.

A chaque fois, on enregistre l’éclatement des conduites qui sont soudées par les services de l’ADE mais éclatent de nouveau. Le renouvellement de ces conduites devait être réalisé, en vain. A l’approche de la saison estivale, les citoyens craignent le pire. «Depuis un bon moment, je n’ai pas vu mon chauffe-bain s’allumer et l’au couler du robinet. J’ai peur que cette crise engendre des problèmes entre voisins surtout qu’à chaque fois des vannes doivent être fermées afin que l’eau arrive dans les maisons quartier par quartier», a ajouté un autre citoyen rencontré sur les lieux.

Dans le même sillage, les citoyens de cette petite bourgade, sise à proximité des rives du barrage Taksebt, lancent un appel aux responsables afin de mettre en service la nouvelle conduite acquise et destinée au village Taourirt-Moussa, dont les travaux sont achevés depuis longtemps. Mais le lancement n’a pas été fait à ce jour.

Lyes Mechouek