Accueil Tizi Ouzou La grenade trop chère !

DRAÂ BEN KHEDDA - Fruits du terroir

La grenade trop chère !

144

La grenade arrive sur le marché, timidement mais de plus en plus présente et de plus en plus chère. La grenade est un fruit qui mûrit en fin août et début septembre. Sa consommation dure jusqu’à fin octobre à l’arrivée de la saison des grands froids. Les grenadiers poussent à profusion en Kabylie. Un fruit méditerranéen par excellence. L’arbuste pousse dans les endroits chauds comme les endroits humides à moindre exposition au soleil. Toutes les familles en possèdent plusieurs autour des maisons, mais surtout dans les champs.

Le grenadier est un arbre noble pour les Kabyles qui le considèrent, à l’instar de l’olivier et du figuier, comme un membre de la famille. Mais hélas, aujourd’hui avec la nécessité de passer à l’exploitation moderne de cette richesse, il est indispensable de s’adapter aux normes modernes de culture et surtout de commercialisation. Ce qui n’est pas encore le cas et c’est largement visible sur les marchés. La grenade est exposée dans des conditions lamentables avec des prix inadaptés. En effet, cette semaine, au niveau du marché de Draâ Ben Khedda, le fruit était affiché entre 300 et 400 dinars le kilogramme.

Un prix que les citoyens considèrent trop cher. Les vendeurs, de leur côté, estiment que le fruit est encore rare, ce qui fait que son prix est à la hausse. Mais ce n’est pas uniquement le prix qui est inadapté mais également les conditions de son exposition. Comme le reste des fruits, la grenade souffre d’absence de techniques de packaging. Aucune esthétique pour attirer l’acheteur. Pire encore, certains vendeurs l’exposent carrément par terre avec des conditions d’hygiène lamentables. Pourtant, sous d’autres cieux, le fruit est commercialisé au niveau local comme international. Les pays méditerranéens sont les plus grands producteurs.

La grenade est commercialisée via des circuits légaux et bien surveillés du point de vue qualité du produit et de son packaging. Les conditions d’hygiène ne sont même pas posées dans ces pays, dont la production et la commercialisation de la grenade sont très développées. Il est surtout utilisé dans les industries agroalimentaires à profusion.

Akli N.