Accueil Tizi Ouzou Le chantier de la piste forestière de Taourirt à l’abandon

Aïn El-Hammam

Le chantier de la piste forestière de Taourirt à l’abandon

86

Entamé depuis plus de huit mois, le projet portant sur l’ouverture d’une piste forestière devant désenclaver des dizaines de propriétés terriennes appartenant aux villageois de Taourirt Menguellet et à quelques habitants des villages voisins, semble abandonné. Les bruits des machines des travaux publics qu’on entendait il y a quelques mois se sont tus brusquement, ce qui inquiète les agriculteurs qui craignent que le projet ne soit à l’arrêt.

Jusqu’à maintenant, les travaux, suspendus à plusieurs reprises pour raisons d’opposition, avaient repris au bout de quelques jours, après des négociations avec les propriétaires terriens. Parfois, il fallait changer complètement le tracé initial pour éviter les champs des opposants. Cependant, cette fois-ci, le problème semble tout autre, puisque l’engin des travaux publics chargé d’ouvrir le chemin vers les champs éloignés est à l’arrêt depuis plus d’un mois.

Selon nos informations, cette situation serait due à une panne. Une panne, réparée au bout de quelques jours, était survenue auparavant, avant que l’engin ne continue son avancée à travers les champs que cette piste devrait désenclaver, à la joie des agriculteurs de cette zone. Ils espéraient accéder à leurs champs en cette période, pour mener les travaux de greffage et, pourquoi pas, procéder à la plantation d’arbres fruitiers.

Ils doivent déchanter et reporter leurs projets. Rappelons que le projet de ce chemin forestier, d’une longueur d’environ cinq kilomètres, prend naissance au bord de la RN71, au lieu-dit «Ahechad Bouakouir». Il devrait, si une rallonge budgétaire lui est allouée, effectuer une boucle pour rejoindre le lieu-dit «Tizra», sur la même route nationale, qu’il aura quittée un kilomètre en amont.

Une fois finalisée, cette piste permettra à de nombreux agriculteurs de mettre en valeur leurs propriétés terriennes, longtemps abandonnées pour cause d’éloignement et d’accès difficiles. La reprise des travaux est donc attendue avec impatience. Notons que grâce aux dernières pistes ouvertes par les services des forêts de la wilaya de Tizi-Ouzou, beaucoup de retraités et autres fonctionnaires se sont reconvertis en paysans et se sont dotés de véhicules d’occasion, qui arrivent jusqu’à leurs glèbes, pensées inaccessibles jusqu’à un passé récent.

A. O. T.