Accueil Tizi Ouzou Le chef-lieu menacé par un affaissement

M'Kira

Le chef-lieu menacé par un affaissement

198

Le chef-lieu de la commune de Tighilt Bougueni est menacé par un affaissement. En effet, depuis janvier dernier, celui-ci ne fait que gagner des centimètres. S’il est vrai que nous sommes en été, sa propagation n’est pas à écarter d’autant plus que la route principale de ce chef-lieu, la seule, d’ailleurs, est très fréquentée aussi bien par les véhicules légers que par les véhicules de gros tonnage.

« Nous avons alerté tous les services. Une délégation s’est déplacée sur les lieux et le constat a été fait. Même l’ex wali Abelhakim Chater nous a promis de le prendre en priorité et en urgence. Mais, nous ne voyons rien venir alors que le danger est imminent », regrettera le maire M. Rabah Medjahed, impuissant devant cette catastrophe lorsqu’on sait que cette commune est la plus pauvre de la wilaya. Et de poursuivre: « Nous nous sommes rendus à la wilaya. Il n’y avait aucune trace à ce sujet. Maintenant que tout est bloqué, nous craignons le pire. Si d’ici l’hiver prochain, rien n’est fait, le risque de voir la seule voie que nous possédons coupée à la circulation n’est pas à écarter ».

Effectivement, dans notre virée sur les lieux, il nous a été donné de constater que non seulement la chaussée est menacée, mais aussi un poteau électrique et une conduite d’AEP ainsi que le trottoir peuvent s’écrouler à n’importe quel passage d’un camion de gros tonnage. Même les riverains ne sont pas épargnés.

Plusieurs commerces situés sur les abords de cette voie présentent le même risque. « Vraiment, à chaque orage ou à chaque fois que la pluie tombe depuis le mois de janvier, je dors la peur au ventre », nous dira l’un des commerçants.

A signaler aussi que les entreprises qui activent dans ce chef-lieu pour la réalisation des différentes opérations doivent acheminer leurs matériaux en passant par cette voie. C’est dire que les dangers sont permanents. « Nous interpellons pour une autre fois les services de la Direction de l’Urbanisme d’Architecture et de Construction de jeter un regard vers cet affaissement avant que cela ne soit trop tard parce qu’au fil des jours, notre crainte augmente de le voir se propager vers d’autres espaces. Il est donc urgent de prendre toutes les mesures nécessaires pour le réparer avant l’hiver », conclura le maire.

En définitive, parfois, les maires de ces chefs-lieux des communes rurales se retrouvent dans des situations de difficultés énormes pour répondre en urgence à pareils cas comme ce fut le cas des glissements signalés à Azazga et à Ain El Hammam. « La menace n’est pas seulement pour la route mais pour tout le chef-lieu communal. Il est impératif qu’une étude approfondie soit engagée afin d’évaluer les risques d’aggravation de cet affaissement », estimera un citoyen.
Amar Ouramdane