Accueil Tizi Ouzou Le local de la Protection civile toujours inexploité

Larbâa Nath Irathen

Le local de la Protection civile toujours inexploité

114

Depuis la délocalisation de l’unité de la protection civile au niveau d’Aboudid, sise à environ 4 km du chef-lieu de la localité de Larbâa Nath Irathen, voilà déjà des années, la population ne cesse d’interpeller les autorités compétentes pour réoccuper l’ancien local de la protection civile, afin de gagner un peu de temps lors de leurs interventions pour sauver des vies.

Bien que la protection civile fasse de son mieux pour intervenir rapidement, bravant tous les dangers notamment durant l’hiver (neige et verglas), sans parler de la circulation, son éloignement du chef-lieu est un obstacle dont ces hommes du feu se passeront volontiers.

En effet, intervenir rapidement est la règle d’or des pompiers, car quelques secondes peuvent faire la différence dans ce métier. Mais seulement voilà, le lieu actuel de l’unité de la protection civile ne les fait que ralentir d’au moins le double du temps de l’intervention.

Autrement dit, si l’unité des pompiers prenait ses quartiers dans l’ancien local, sis au niveau du chef-lieu, cela réduirait le temps d’intervention d’où moins de la moitié. Un sexagénaire, voyant l’ambulance de la protection civile passer au niveau de la place Abane Ramdane, dira avec amertume : «Cela fait quelques minutes déjà que je entends de loin la sirène des pompiers, alors que ces minutes peuvent être gagnées si un poste avancé est installé au niveau de l’ancien local ; autrement, si une quelconque intervention nécessite 20 minutes, en partant de l’actuel unité implantée à Aboudid, 10 minutes suffisent pour une intervention sur les mêmes lieux et évacuer vers l’EPH de Larbâa Nath Irathen, (l’ancien local) ».

Et d’ajouter : «Qu’est ce qui empêche la protection civile d’occuper leurs anciens locaux, et d’installer un équipe pour intervenir rapidement, tout en gardant celle d’Aboudid pour le versant d’Ait Aggouacha ? Cela aidera plus les pompiers ainsi que la population surtout durant l’hiver avec, comme vous le savez, la neige et le verglas qui ne font que compliquer les déplacements pour ces hommes du feu». Et de conclure : «Espérons que les autorités compétentes réagiront pour permettre à la protection civile d’occuper ses anciens locaux.»
Youcef Ziad.