Accueil Tizi Ouzou Le personnel renforcé

DRAâ EL-MIZAN - EPH Krim Belkacem

Le personnel renforcé

162

S’il est vrai que cet hôpital de 240 lits est toujours en attente d’un personnel spécialisé à la hauteur des services qu’il rend non seulement aux citoyens des daïras de Draâ El-Mizan et de Tizi-Gheniff, mais aussi au sud de la wilaya ainsi que les malades des wilayas limitrophes à savoir Bouira et Boumerdès, la bonne nouvelle est que cet EPH vient de bénéficier de deux médecins supplémentaires.

Il s’agit d’un médecin légiste et d’un neurochirurgien. «Les deux praticiens sont en place. Ils ont commencé à travailler», confirmera Omar Idja en sa qualité de directeur de cet établissement hospitalier. Et de poursuivre: «Ainsi, les personnes décédées ne seront plus acheminées au CHU Nedir Mohamed de Tizi-Ouzou.

C’est un autre acquis pour notre hôpital». Il faut noter que l’absence d’un tel service pénalise les citoyens dont les personnes décédées attendent parfois deux jours pour des autopsies lorsqu’elles sont transférées à Tizi-Ouzou. Interrogé s’il y avait un manque de spécialistes, il répondra: «Nous n’avons pas de manque.

Mais, parfois, les spécialistes affectés ne tardent pas à partir faute de logements». Par ailleurs, notre interlocuteur nous apprendra que le banaliseur accordé au début du mois de janvier dernier à cet EPH à l’instar de quatre autres hôpitaux de la wilaya est en cours d’installation.

«C’est une très bonne chose parce que nous rencontrons beaucoup de problèmes pour décharger les produits médicaux d’autant plus qu’en niveau du CET de Draâ El-Mizan, ils ne sont pas acceptés. Quant à l’incinérateur de l’hôpital, je l’ai mis à l’arrêt dès mon installation à ce poste parce qu’il nous causait beaucoup de nuisance.

Et puis, c’est polluant. Tout de même, j’ai trouvé un moyen en signant une convention avec un privé», dira-t-il encore. Pour notre interlocuteur, le banaliseur est plus pratique. A noter aussi que l’EPH a bénéficié de nombreuses opérations de restauration ces dernières années notamment l’étanchéité de tous les blocs.

Le scanner acquis à coups de millions de centimes n’est pas encore opérationnel faute de radiologues spécialisés dans ce domaine. Eu égard à son implantation dans une région au carrefour de trois wilayas (Tizi-Ouzou, Bouira et Boumerdès), l’EPH Krim Belkacem peut aspirer à être érigé en CHU si un jour, comme annoncé à plusieurs reprises par de hauts responsables à la tête de l’Etat, Draâ El-Mizan aurait le statut de wilaya déléguée dès qu’il y aura un nouveau découpage administratif.

Amar Ouramdane