Accueil Tizi Ouzou Le poulet à la portée des petites bourses !

Aïn El Hammam

Le poulet à la portée des petites bourses !

193

Le prix du poulet ne cesse de baisser dans la région d’Aïn El Hammam, depuis le mois de carême.

«Nous avons tenté de le maintenir à un prix raisonnable sans léser les clients, en vain. On ne peut rien faire contre la situation du marché», confie un vendeur de poulet vivant, qui tient une boutique au centre-ville de l’ex-Michelet. Malgré l’écriteau portant «19 000» (190 dinars) le kilo, un prix attractif, les clients ne se bousculaient pas au portillon.

Samedi dernier, c’était la ruée au niveau d’un commerce situé près du marché, qui vendait la volaille à… 170 dinars le kilo, une aubaine pour les petites bourses.

Le stock de poulets s’amenuisait à vue d’œil. Aidé de deux employés, le commerçant n’arrivait pas à satisfaire la clientèle, qui s’agglutinait devant le comptoir. «C’est moins cher que la banane ou les pêches», disait-il à ceux qui attendaient leur tour. En guise d’explications, «plusieurs paramètres entrent en ligne de compte», ajoute-t-il. Selon lui, il y a eu «une surproduction et les éleveurs préfèrent liquider leur cheptel plutôt que le nourrir à perte. Il faut dire aussi que les ventes sont limitées depuis un certain temps. «Les citoyens qui passent une année difficile arrivent à peine à assurer leur pain quotidien», poursuit notre interlocuteur.

Vu les prix affichés, les plus avisés ont vite fait leurs calculs, en les comparant avec ceux proposés par les boucheries, entre 260 et 280 DA le kilo : «A ce prix, le poulet vivant abattu, déplumé et évidé nous revient entre 200 et 210 DA le kilo, soit un gain d’environ 150 dinars.
Les dépenses excessives du mois de Ramadhan, suivies de celles de l’Aïd qui a vu les prix des vêtements et même des jouets atteindre des seuils intolérables, ont fini par laminer les bourses des plus nantis. «Pourvu que ça dure», disent les clients qui appréhendent les fêtes de mariage et autres circoncisions, où les prix flambent.

Quant aux fruits et légumes, leurs prix qui baissent chaque jour un peu plus font le bonheur des clients, qui en profitent.
A. O. T.