Accueil Tizi Ouzou Le village Tansa de Tigzirt au rendez-vous

Rituel de Timechret

Le village Tansa de Tigzirt au rendez-vous

131

Le village Tansa dans la commune de Tigzirt-sur-mer a organisé une grande distribution de viande, conformément à la tradition ancestrale appelée «timechret» ou «lawziԑa», le jour de l’Aïd El Fitr. Trois bœufs ont été sacrifiés, ce qui a permis la distribution de viande à toutes les familles dudit village, situé au centre de l’agglomération de Tifra. En effet, à la veille de l’Aïd, le nouveau Comité du village a préparé un volontariat après le ftour pour dépecer les trois carcasses de bœufs dans le chantier de la nouvelle mosquée.

Des dizaines de jeunes, ainsi que des vieux, s’affaireront la nuit durant à désosser et couper en morceaux les quartiers disposés sur les tables. Tout y passera, les cuisseaux, les épaules, les filets, les côtes, les abats. Tout se fera selon la tradition, qui est tout à fait le contraire du travail du boucher. Ici, il n’y aura ni steak, ni entrecôte, ni tranches de foie. Toute la viande sera mêlée dans chaque part à l’exception des têtes et des pieds, communément appelés bouzlouf qui, lui, sera vendu aux enchères. Dans des bacs, selon le nombre de parts à distribuer pour chaque famille, les jeunes déposent chaque morceau de viande. Un bac correspond à une part appelée «tasshimt».

Une famille nombreuse aura droit à deux parts ou parfois trois. Une autre aura droit à une ou deux parts, selon le nombre de ses membres. Une seule personne aura droit à une demi-part. La part fait en moyenne un kilo et demi. Le lendemain, jour de fête, les villageois se présentent avant le lever du soleil, tous vêtus d’habits neufs, les enfants en tête avec leurs viciations et leur jeu. Une table est dressée pour le préposé au registre nominatif des chefs de famille à l’entrée du local où sont disposés les bacs de viande.

Un membre du Comité du village appelle les familles par fraction ou quartier «Adrum». Chaque fraction se présente et prend ses parts. À la sortie, attablés à une autre table, trois sages du village, en compagnie de l’imam, sont chargés de la réception des dons des bienfaiteurs, hors payement des parts de viande, et de bénir le bienfaiteur. Les têtes et les pieds seront vendus séparément aux enchères. Timechret sera clôturée par la Fatiha de l’imam.

Les chefs de fraction, eux, sont chargés de collecter l’argent des parts de chaque famille qu’ils représentent. M. Hocine Takouba, président du Comité du village, qui supervise avec les autres membres cette opération, nous dira : «Cette opération, comme vous le constatez, se déroule très bien. Au dehors de la distribution de la viande, cette tradition permet de réunir tout le village et de perpétuer la coutume de nos ancêtres. Nous accueillons aussi notre diaspora des différentes régions d’Algérie, notamment de la capitale, qui garde un lien avec ses racines, en habituant ses enfants, nés en ville, à leurs cousins et oncles du village. Cette rencontre nous permet aussi de débattre les problèmes du village, de prendre en compte les différentes propositions et de dégager des solutions.»

Akli N.