Accueil Tizi Ouzou Les activités culturelles au ralenti

Tizi-Gheniff

Les activités culturelles au ralenti

48

Si le comité local de Tizi-Gheniff avait enclenché une certaine dynamique culturelle dans la commune, à travers l’organisation de diverses manifestations, comme la fête de la chanson populaire, le salon du livre…, les activités culturelles ces dernières années semblent au ralenti. «Ce n’est pas la volonté qui manque. Nous ambitionnons de réunir, chaque année, de nombreuses troupes musicales et artistes, notre objectif étant de protéger notre patrimoine culturel local.

C’est dans cette optique que nous avons eu l’initiative de lancer le Festival d’Idhabalen. Bien que les citoyens aient fait part de leur engouement, notre projet de lancer une nouvelle édition butte sur des contraintes financières», explique un membre du comité, approché à ce sujet. Et d’ajouter: «Je ne dis pas que ce festival, que nous avons réédité pendant six ans, est officiellement annulé.

Ce qui est sûr, c’est que nous tenterons de réunir toutes les conditions pour le relancer, peut-être pour cette année, vers la fin du mois de mai, comme d’habitude». S’agissant de la 9e édition du Salon du livre, le même membre fait savoir : «Il faut savoir que nous ne sommes pas nombreux à activer au sein du comité. Nous essayons de faire de notre mieux, mais ce n’est pas facile…

Il faudra peut-être revoir l’organisation du comité. Le Salon du livre a apporté beaucoup à notre région. L’occasion a été donnée aux lecteurs, aux écoliers, aux collégiens et aux lycéens de rencontrer des écrivains. C’était vraiment une très belle initiative. Nous pensons à reprendre ce salon dès l’année prochaine lorsque toutes les conditions seront réunies. En tout cas, tout passe avec les moyens».

Du côté de la population locale, notamment bibliophile, l’on réclame vivement une nouvelle édition du salon du livre. «(…) Les lecteurs de notre région n’ont que cette occasion pour rencontrer leurs auteurs préférés. Tout le monde n’a pas la chance de se rendre au Salon international du livre d’Alger !», commente un membre de l’association scientifique Assirem.

Amar Ouramdane