Accueil Tizi Ouzou Les banques de sang renflouées

EPH de Draâ El-Mizan

Les banques de sang renflouées

80

La direction de l’Etablissement public hospitalier Krim Belkacem a programmé, avant-hier, une journée de collecte de sang à l’occasion de la Journée mondiale du don de sang, qui coïncide avec le 14 juin de chaque année.

En effet, comme à l’accoutumée, les donneurs sont invités à offrir une goutte de leur sang, au niveau du Centre d’épidémiologie et de la santé préventive, sis au centre-ville, en face de la mosquée Ali-Mellah. Dès 8h, le personnel chargé de cette opération était déjà présent sur place.

Au cours d’une virée sur les lieux, il nous a été donné de remarquer que les premiers donneurs étaient déjà là à 9h. Seulement, avons-nous appris des organisateurs, nombreux sont ceux qui n’ont pu donner un peu de leur sang. «Nous avons reçu beaucoup de personnes. Il fallait d’abord les ausculter avant de prélever leur sang.

Pour cette journée, nous avons relevé que de nombreux donneurs avaient jeûné. On ne peut permettre à un donneur d’offrir son sang dans ces conditions. D’ailleurs, le nombre de pochettes était d’une vingtaine», dira Mme Saidani, chef de service et responsable du Poste de transfusion sanguine (PTS) de l’hôpital.

Cependant, notre interlocutrice ajoutera que les collectes organisées durant le mois de Ramadhan étaient fructueuses et qu’elles avaient permis de renflouer les banques de sang de cet établissement hospitalier. «Durant le mois sacré, nous avons collecté 140 poches. La plus importante fut celle du 31 mai, où nous avons récolté 60 poches. D’ailleurs, les personnes volontaires de la dernière collecte ne se sont pas présentées avant-hier. Il faut qu’elles attendent encore avant de se rapprocher de nos services. Il faut que tout le monde sache que le programme de collecte de sang s’étale sur toute l’année parce que notre hôpital a toujours besoin de ce liquide ô combien précieux pour sauver des vies humaines», conclura le médecin en chef du PTS.

Il est à noter que l’EPH Krim Belkacem est considéré comme un mini-CHU, en raison de son implantation dans le carrefour de trois wilayas (Tizi-Ouzou, Bouira et Boumerdès). «Nous recevons des malades de nombreuses localités en dehors de la région, notamment des blessés enregistrés sur les Routes nationales qui traversent la daïra, à savoir les RN 25, 30 et 68», affirmera une source proche de la direction de l’hôpital.
Amar Ouramdane