Accueil Tizi Ouzou Les comités de villages s’organisent

M'Kira

Les comités de villages s’organisent

205

Devant les carences multiples sur lesquelles bute le développement local, les habitants de M’Kira ont décidé de s’organiser en structure qui se veut un groupe de pression. Pour sortir cette municipalité rurale de sa torpeur, les villageois se concertent quotidiennement pour la création d’une coordination de comités de villages. «Nous vivons tous dans la même situation. Notre commune est laissée à l’abandon. Nous avons tenu une réunion avec un représentant de l’APW, le représentant de la direction des ressources en eau et d’autres responsables, au niveau de la bibliothèque communale le 22 juillet dernier, lors de laquelle l’on a largement discuté du problème d’eau potable.

De nombreuses décisions ont été arrêtées pour améliorer un tant soit peu l’alimentation en eau dans notre commune. Mais, à ce jour, aucune n’a été exécutée. Nous n’avons reçu en retour que de fausses promesses», regrette un membre du comité du village Bouhadj. Ainsi donc, tous les représentants des villages se réunissent chaque jour pour tracer une feuille de route collective à suivre. Non seulement, la coordination en vue va exposer les problèmes des villageois aux autorités de la wilaya, mais elle envisage, d’ores et déjà, de mener des actions de protestation. Pour en savoir plus sur ce problème d’eau potable, nous avons rencontré un adjoint maire.

«C’est vrai, nous avons un P.V signé par toutes les parties présentes à la réunion de juillet. Mais, rien n’est fait pour le moment pour prendre en charge cette doléance. Il faudra attendre deux mois pour avoir quelques gouttes d’eau… Nous sommes solidaires avec notre population», dira-t-il, exhibant le P.V en question. Ce vice-président à l’APC explique que «la quantité pompée vers M’Kira n’arrive pas en totalité parce qu’il y a d’énormes fuites». «Une partie est prise par Tizi-Gheniff qui nous considère toujours comme une partie de cette commune. Deux opérations de renforcement de l’alimentation ont été accordées à notre localité.

La première concerne la pose d’une conduite principale pour une enveloppe de 19 milliards de centimes, et la 2e a trait à la pose des compteurs et de réseaux de distribution d’une valeur de plus de 25 milliards de centimes. La première opération a été confiée à une entreprise qui n’a pas encore lancé les travaux. Pour l’ADE, nous lui avons loué un local et budgétisé l’opération. Cet organisme est toujours au stade de recensement des compteurs. C’est du bricolage !», ajoute-t-il. Par ailleurs, les habitants du chef-lieu (Tighilt Bougueni) interpellent les responsables concernés au sujet de l’affaissement du centre-ville, qui risque de s’aggraver, «d’autant plus que l’on est aux portes de l’hiver», s’inquiète-on. «Depuis janvier dernier, on attend sa réparation, en vain», dira un commerçant.

Amar Ouramdane