Accueil A la une Les huileries saturées

Aïn El Hammam

Les huileries saturées

3881

Modernes ou traditionnelles, les huileries n’arrêtent pas de tourner de jour comme de nuit. En effet, la récolte des olives de cette année est si fructueuse que les pressoirs sont submergés. «Nous travaillons de 6h00 jusqu’à 22h, parfois plus tard.

C’est le manque de personnel qui nous empêche de travailler en H24», a indiqué le propriétaire d’une huilerie moderne. Les clients ne cessent d’affluer avec des cargaisons de sacs d’olives à bord de camionnettes ou de camions. La cour du pressoir du carrefour est pleine depuis plus d’un mois. Il n’y a plus de place pour y stocker les olives, qui attendent d’être triturées.

Quant aux nombreux arrivages quotidiens de clients qui viennent de terminer leur récolte, ils sont stockés à l’extérieur, au niveau d’une plate-forme prévue à cet effet. Pendant ce temps, les paysans continuent de se rendre à leurs oliveraies, chaque jour. «On est loin d’avoir terminé. On en a encore pour au moins trois à quatre semaines», ont précisé les grands oléiculteurs qui espèrent avoir plus de 4 000 l d’huile, cette année.

«Ceux qui s’y sont mis tard n’ont pas cueilli ne serait-ce que la moitié de leur récolte. Ce que vous voyez ici, c’est juste la récolte des petits oléiculteurs. Les grands oléiculteurs ne viendront qu’à partir du mois de février, bien que certains ramènent leur récolte au fur et à mesure et sont parvenus à cueillir jusque-là, une trentaine de sacs. Ceux-là se préparent déjà à stocker plus de quatre mille litres», a signalé le propriétaire d’une huilerie qui semble bien connaître sa clientèle. «C’est la première fois que je vois une telle récolte», a fait remarquer l’un de ses employés.

Quant à la teneur en huile des olives de cette saison, elle est de 16 l pour celles cueillies vertes ou violettes et de 20 litres pour celles ayant noirci. Il faut savoir aussi que beaucoup d’olives sont trouées, signe du passage de la mouche de l’olive.

L’huile qui en sortira deviendra alors acide, au bout de quelques mois. Malgré cette profusion, le prix de l’huile ne baisse pas. Ainsi, sur le marché, le litre continue à se vendre entre 600 et 650 DA. Mais les clients s’attendent à une baisse significative, une fois la récolte terminée, a-t-on fait savoir.
A. O. T.