Accueil Tizi Ouzou Les interrogations du maire

SOUK EL-TENINE - Projet de restructuration du chef-lieu bloqué

Les interrogations du maire

178

Dépité et courroucé par les lenteurs et les tournures prises par le projet de restructuration du chef-lieu, le P/APC de Souk El-Tenine multiplie les démarches auprès des autorités mais aussi les dénonciations et les sollicitations pour sa concrétisation. Un projet, annoncé et retenu depuis plusieurs années mais qui peine à démarrer. Il est d’ailleurs très espéré aussi bien par les élus que la population locale. Pour rappel, cette situation découle du différend né entre l’APC et l’Agence foncière de la wilaya, en charge de la réalisation de ce projet, sur la part qui doit revenir à chacun des partenaires.

Dans ce sens, dans une lettre postée sur son compte facebook, l’idylle communal interpelle le P/APW afin d’intervenir, en organisant une séance extraordinaire pour tenter de débloquer cette situation pénalisante. Il est également question de déterminer le rôle et la responsabilité de cette entité qui représente l’Etat. «Je vous écris dans l’espoir que vous organisiez une séance extraordinaire dans l’auguste Assemblée que vous présidez», dira le P/APC. Il demandera également que l’objet de cette rencontre porte sur l’Agence foncière de wilaya.

Et de s’interroger : «Cette agence étatique avec laquelle nous sommes, malheureusement, obligés de travailler a-t-elle le droit de nous faire du chantage ?». Il fait ainsi allusion à la part exigée, en contrepartie de la prise en charge du projet, jugée «excessive et exagérée, à la limite du bradage des biens de la commune et de sa population», soutient notre interlocuteur. «Cette agence veut aller, vaille que vaille, au bradage, chose que nous n’accepterons jamais. Mais en même temps, nous devons réaliser la restructuration du chef- lieu qui donnera une autre dimension à notre commune à tous les points de vue : bien-être, organisation, développement et retombées économiques positives…etc. Quel est exactement le rôle de cette agence ? Est-ce d’accompagner le développement local ou non ? Force est de constater que la réponse est négative, au moment où nos chefs-lieux se transforment en bidonvilles, sous les yeux laxistes des pouvoirs publics», ajoutera notre interlocuteur.

Rabah A.