Accueil Tizi Ouzou Les locaux commerciaux «du Président» non exploités

Illoula Oumalou

Les locaux commerciaux «du Président» non exploités

139

Les locaux commerciaux entrant dans le programme du Président de la République, qui ont coûté des milliards de centimes au Trésor public, sont toujours fermés et inexploités. Les attributaires qui avaient sué pour en bénéficier lors de la distribution, ne semblent finalement pas intéressés d’ouvrir leur commerce.

A l’exemple de la commune d’Illoula Oumalou où les 59 et 33 locaux qui lui sont destinés et réalisés restent toujours inexploités. Les locaux sont situés au chef-lieu, hormis un cybercafé, une cafétéria, un salon de coiffure et deux autres locaux qu’on nous dit «en voie d’aménagement», la majeure partie des magasins attribués à de jeunes chômeurs ne sont pas exploités.

Les bénéficiaires des locaux commerciaux, situés à Souk Lekhmis (Vouhamou) dans cette commune attendent leur exploitation depuis leur attribution effective, il y a quelques années déjà. Ces derniers se disent lésés par la situation, puisque tout usage de ces locaux reste impossible d’autant plus qu’ils ne sont pas branchés aux conduites d’eau potable et au réseau d’électricité.

Ces jeunes affirment qu’ils détiennent des décisions d’attribution depuis des années, et pas plus que ça. Aujourd’hui, ces locaux sont dans un état désastreux, car ils ont été abandonnés par leurs bénéficiaires. C’est ainsi que les bénéficiaires réclament le raccordement au réseau électrique et au réseau d’AEP, afin de pouvoir activer au sein de ces locaux. Si certains propriétaires ont pris la précaution d’installer des portes métalliques pour sécuriser leurs locaux, d’autres les ont carrément abandonnés.

Les vitres cassées, les portes défoncées et les infiltrations d’eau de pluie montrent le manque d’intérêt que la plupart des locataires accordent au bâtiment qui donne l’impression d’être d’un autre âge alors qu’il est de construction récente. Une décision doit être prise pour que le bâtiment, qui a coûté des milliards, ne tombe pas en ruine.

Pourtant, le chômage bat son plein à Illoula Oumalou, qui ne dispose même pas d’un local à offrir aux banques ou autres organismes désireux de s’implanter dans la localité. Si les bénéficiaires ne se mettent pas au travail de sitôt, la collectivité serait dans l’obligation de récupérer ces biens et de les vouer à d’autres fins, notamment les services publics dont manque énormément la commune.

Aziz Alimarina.