Accueil Tizi Ouzou Les marchands d’habits s’installent

Aïn El-Hammam

Les marchands d’habits s’installent

77

Avec le mouvement inhabituel de la population de ces derniers jours, au niveau de la ville d’Aïn El Hamma, on sent déjà la fête de l’Aïd toute proche. La rue commerçante d’Aïn El Hammam est envahie par les marchands d’habits, installés là depuis près de quinze jours. Ils savent que la tradition veut qu’on offre des habits neufs à sa progéniture, à chaque Aïd.

En plus des commerçants locaux, nous remarquons la venue de vendeurs étrangers à la région qui arrivent un par un. Le nombre d’étals de chaussures et autres habits dépassera bientôt ceux des fruits et légumes, déjà important. Les jouets qui attirent les enfants la veille de l’Aïd commencent à sortir timidement des magasins pour envahir les trottoirs. Les vendeurs de vêtements sédentaires semblent accepter la présence des ambulants malgré la concurrence qu’ils leur imposent de par les prix pratiqués, bien en deçà des leurs.

En guise de consolation, ils disent «à chacun son mektoub». Ils n’y peuvent de toute façon rien. Les éventuels clients se font plus nombreux dans la rue que dans les magasins. La rue colonel Amirouche est plus que jamais animée. Profitant des premières heures de la matinée, des couples, des femmes seules ou avec enfants, vont d’un étal à l’autre à la recherche de l’objet qui ferait le bonheur de leur enfant sans trop gréver leur budget déjà mis à mal par le Ramadhan, l’Aïd Seghir et les fêtes de mariage.

Les objets suspendus face à la rue attirent les clients qui s’approchent pour les examiner sous toutes les coutures, avant de s’enquérir du prix qui n’est jamais affiché au marché. Il faut marchander avec le vendeur qui fait mine de baisser son prix pour amadouer le client difficile.
A. O. T.