Accueil Tizi Ouzou Les sinistrés dans l’expectative

AÏN EL-HAMMAM - Immeubles à démolir

Les sinistrés dans l’expectative

135

Les propriétaires des locaux et magasins sis aux immeubles destinés à la démolition ne savent plus à quel saint se vouer. Ils savent que leurs biens, acquis pour la plupart avec leurs propres fonds, seront démolis incessamment. Certains ont loué leurs locaux à d’autres citoyens, ce qui est sans conséquences sur leur travail, et n’ont pas tardé à s’installer ailleurs, alors que les autres sont dans l’expectative. Ils continuent à exercer leurs activités comme s’ils devaient y rester encore longtemps.

Les arrêtés pris par le P/APC depuis plus d’une année, leur demandant de prendre leurs dispositions dans l’éventualité d’une démolition de ces deux bâtiments, ne sont pas encore appliqués. Les commerçants semblent attendre des autorités un hypothétique recasement, comme le revendiquent quelques-uns. Cela ne serait pas aisé vu que, pour le moment, la commune ne dispose pas de locaux commerciaux à leur proposer, en ville.

A noter que des logements construits à la cité Sidi Ali-Ouyahia sont attendus depuis des années par des centaines de citoyens dont les dossiers moisissent dans les tiroirs voilà plus d’une décennie.

Par ailleurs, les sinistrés de 2009, dont les appartements ont été démolis pour les mêmes raisons que les propriétaires de ces bâtiments, candidats à la démolition, ne sont relogés que «provisoirement», au niveau de la commune d’Aït Yahia, où les mal-logés réclament toujours leur dû.

Les 46 logements destinés au recasement à Aïn El Hammam ne sont toujours pas terminés. C’est dire que la démolition de ces deux immeubles fera beaucoup de mécontents. Leurs prédécesseurs parmi les commerçants sinistrés, malgré leurs réclamations à tous les niveaux et les promesses des responsables, demeurent sans locaux à ce jour. Au rythme où vont les choses, ils le resteront pendant longtemps.
A. O. T.