Accueil Tizi Ouzou Les transporteurs ne décolèrent pas

TRANSPORT - En dépit du gel du brevet professionnel

Les transporteurs ne décolèrent pas

93

Après deux mouvements de grève qui ont secoué, dernièrement, le secteur des transports, le dialogue reste encore rompu entre les représentants des transporteurs et la direction de tutelle.

Néanmoins, à en croire certains transporteurs, ces derniers comptent reprendre leur débrayage. Un grand nombre de transporteurs considèrent que le silence de la direction après leur grève de deux jours est un signe de mépris. «Nous nous sommes recourus à ce mouvement de grève pour une deuxième fois pour dire à la direction des transports que sa décision de geler les décisions est injuste et ne passe pas.

Nous voulons son annulation pure et simple et toute décision différente ne sera pas acceptée», dira un représentant des transporteurs. Celui-ci ajoute que leurs associations sont actuellement en consultation pour décider des actions à entreprendre dans les prochains jours. Pour beaucoup de transporteurs, la grève est l’unique solution pour arracher leurs droits avec une tutelle aussi sourde.

Aussi, dans les prochains jours, le risque d’un troisième mouvement de grève n’est pas à écarter. Bien au contraire, pour le moment, cette option semble faire consensus parmi les professionnels du secteur. Les populations souffriront encore une autre fois en étant la victime collatérale de ce conflit.

Les voyageurs interrogés considèrent que les transporteurs sont dans leur plein droit de protester contre des décisions dont l’objectif est incompréhensible. Mais, ajoutent-ils, les mouvements de grève nuisent dramatiquement à la vie des populations qui ne peuvent pas rejoindre leur lieu de travail. La décision d’instituer un examen pour l’obtention d’un brevet de transport monnayant la somme de 45 000 dinars, obligatoire pour tous les transporteurs de voyageurs et de marchandises, a soulevé un tollé général auprès de ces derniers.

Une mesure jugée «injuste» et qui a provoqué la colère de ces derniers. Une première grève d’une journée a donc été lancée. La réponse de la direction des transports n’a pas tardé à venir. Le gel pendant une année de cette décision a été jugée comme «un signe de mépris par les professionnels du secteur» qui ont lancé une autre grève de deux jours.

Et depuis cette grève, la direction des transports est restée sans réaction alors que les transporteurs attendent une réponse à leur doléance qui n’est autre que l’annulation pure et simple de la mesure. Aujourd’hui, les transporteurs attendent l’ouverture d’un dialogue pour trouver un consensus qui éloigne la grève.

Akli N.