Accueil Tizi Ouzou Les transporteurs reprennent le service

AïT YAHIA MOUSSA - Ramassage scolaire

Les transporteurs reprennent le service

52

Après une assemblée générale tenue le week-end dernier, les transporteurs conventionnés avec l’APC dans le cadre du ramassage scolaire ont décidé de reprendre le service. «C’est une décision prise après un long débat. Nous avons décidé de suspendre notre mouvement de grève dans l’intérêt des élèves car nous avons constaté que la situation pourrait empirer quand on a affaire à des adolescents. L’APC a fait un pas car de l’argent a été accordé par la wilaya afin de régler le problème des factures impayées. Il reste à connaître les délais du versement de notre dû», nous confiera un membre du collectif des transporteurs.

Du côté de l’APC, nous avons appris que toutes les procédures pour le règlement de la situation de ces transporteurs sont en cours.  » C’est une question de quelques jours », nous répondra notre source qui avance que cela se fera la deuxième semaine de novembre. « Nous avons entendu que les versements auront lieu d’ici le 23 novembre. Nous allons, donc, attendre puis décider. Si le délai est respecté, tant mieux. Sinon, nous irons vers une autre grève », dira un autre membre du même collectif. Pour le moment, les élèves sont transportés régulièrement et ils ont repris leurs cours après avoir observé quelques jours de grève.

Il est à rappeler que la commune ne dispose pas assez de moyens de transport, c’est pourquoi elle recourt aux conventions avec les transporteurs privés. « Nous n’avons que cinq minibus dans un état vétuste. Ils sont toujours en panne. On ne peut assurer le transport de 1500 élèves vers les collèges notamment du chef-lieu et de Tachtiouine ainsi que vers le lycée communal et vers Draâ El-Mizan. Nous avons signé au total 46 conventions. Impossible de régler dans les délais les factures d’autant plus que les procédures administratives sont lentes », nous répondra le maire, M. Rabah Hamitouche, tout en rassurant que son exécutif déploie tous les efforts nécessaires pour assurer le transport à tous les élèves. « Nous transportons même les élèves du primaire », ajoutera-t-il.

Il est à noter que certains élèves habitent à plus d’une vingtaine de kilomètres de leurs établissements comme c’est le cas de ceux de Tifaou, de Hellil, de Virou, d’Ath Ouacif du côté de Chérifi. C’est dire que l’APC se trouve harcelée au quotidien par tant d’élèves et de parents. Il faudrait peut-être que les pouvoirs publics notamment le ministère de la solidarité nationale privilégient un tant soit peu ces communes rurales et sans aucune ressource comme c’est le cas de cette municipalité.

Amar Ouramdane