Accueil Tizi Ouzou L’inspecteur administratif pointé du doigt

AKBIL - Retard dans le recrutement d’enseignants vacataires

L’inspecteur administratif pointé du doigt

2025

Les élèves de la classe préparatoire de l’école primaire d’Aït Ouabane
dans la commune d’Akbil sont sans enseignant depuis leur retour des vacances d’hiver.

En effet, depuis le 5 janvier, les cours ne leur sont plus dispensés. La raison n’est pas le manque d’enseignants ou de poste budgétaire mais le fait que la directrice de l’établissement et l’inspecteur administratif n’arrivent pas à trancher concernant l’enseignante à recruter. Pourtant, selon des parents d’élèves, deux enseignantes ont postulé. Elles sont du village et auraient même exercé, en tant que remplaçantes. On a appris également, selon des sources sûres, que ce problème ne date pas d’aujourd’hui. Et pour cause. Il y aurait deux postes vacants non déclarés par l’Inspection administrative durant deux années consécutives pour que des enseignants vacataires soient recrutés localement. Mais la réglementation prévoit qu’en cas de postes vacants, c’est la Direction de l’éducation qui doit envoyer l’enseignant stagiaire ayant été reçu au concours de recrutement organisé chaque année. Si la liste des enseignants qui ont été admis au concours est épuisée, la Direction de l’éducation aura alors recours à la liste d’attente. Toutefois, il faut savoir que ces deux postes n’ont pas été déclarés à l’Académie, afin que l’Inspection administrative et la direction de l’école puissent recruter à leur guise des vacataires, a-t-on ajouté.

Cette entorse à la réglementation serait d’ailleurs monnaie courante dans beaucoup d’inspections administratives, où des postes «seraient cachés», ce qui prouve que le recrutement des vacataires et des suppléants se fait dans l’opacité, a assuré notre source. A rappeler que la semaine dernière, les parents d’élèves de l’école primaire d’Aït Aïlem dans la daïra de Aïn El Hammam ont fermé l’école durant la journée du mardi 14 janvier pour protester sur le fait que cinq enseignants aient défilé dans la même classe durant le 1er trimestre de l’année. Outre cela, au niveau de la daïra de Aïn El Hammam, d’après des enseignants et des directeurs d’écoles primaires, il y a empiétement sur les prérogatives des directeurs par l’inspecteur administratif. Pourtant, la réglementation est très claire, en ce qui concerne le recrutement des vacataires et des suppléants. Des entorses à la réglementation ne faisant que nuire à la scolarité des enfants, a-t-on souligné.
M. A. B.