Accueil Tizi Ouzou Multiplication des décharges sauvages

Souk El-Had

Multiplication des décharges sauvages

137

Depuis quelques mois, Souk El-Had, chef-lieu communal de Yatafen, offre une vue désolante de l’environnement. Un laisser-aller flagrant en termes d’entretien est pointé du doigt par les citoyens, outrés par le nombre de dépotoirs anarchiques qui ont vu le jour dans leur localité. En effet, les décharges sauvages foisonnent dans ce chef-lieu, pris en otage par la pollution, l’incivisme et le laisser-aller des services concernés.

L’une des décharges les plus importantes est signalée tout juste à l’entrée du chef-lieu, en venant d’Aïn El-Hammam. Selon des riverains, elle a été créée par des entreprises de travaux publics qui déversent sur les lieux les débris des matériaux de construction. Le dépotoir ne cesse de grossir à vue d’œil à cause des commerçants et des automobilistes qui rajoutent des couches de déchets ménagers, portant un coup fatal aux lieux.

A signaler que ces derniers étaient programmés pour l’implantation d’une mini-gare routière communale. L’autre décharge sauvage alarmante est située à proximité des locaux commerciaux. Celle-ci est «alimentée» par les commerçants eux-mêmes ainsi que par les marchands ambulants. Il y a lieu de noter que ceci se passe au vu et au su de tout le monde. «Nous nous sommes plaints auprès des responsables de la mairie qui nous avaient promis de remédier à ce problème inhérent à la santé publique.

En attendant la mise en exécution des solutions promises, la mairie avait mis à la disposition des commerçants deux grandes poubelles. Des équipements volés le lendemain, hélas (…)», se désolent certains habitants. Ainsi, toutes sortes de déchets : tessons de bouteilles en verre, déchets organiques dégageant des odeurs insoutenables, gravats… s’amoncellent à quelques mètres seulement du siège de l’APC et des locaux commerciaux.

Soucieux de l’état de leur environnement et de la santé publique, les habitants font part de leur appréhension et appellent les autorités à remédier rapidement à cette situation, en commençant par sévir contre les actes inciviques, doter la localité de plus de bacs à ordures, poser des grilles là il faut et prendre des décisions à l’encontre des pollueurs. «Il y va, insiste-t-on, de la santé des citoyens».

M. A. B