Accueil Tizi Ouzou «Notre structure a acquis une notoriété»

SORAYA YACINI, directrice de l’auberge

«Notre structure a acquis une notoriété»

403

La Dépêche de Kabylie : Voudriez-vous bien nous retracer votre parcours au sein de cet organisme ?
Soraya Yacini:
C’est en 2004 que j’ai commencé mon parcours au sein des structures de jeunesse comme animatrice des activités sportives et de loisirs à la maison de jeunes d’Aïn El Hammam. Entre 2004 et 2006, j’ai exercé comme enseignante contractuelle au CEM Amer Ath Chikh.

Vous avez touché à tous les domaines concernant la jeunesse…
En réalité, j’ai été recrutée par la DJS en tant qu’entraîneur d’athlétisme, ma spécialité. Et j’ai pratiqué le judo, comme sport complémentaire. Avant d’être nommée directrice de l’auberge, en 2015, j’ai assuré la direction de la salle omnisports en tant que chef d’unité.

Vous avez également activé dans le mouvement associatif. Parlez-nous en ?
Parallèlement au travail que j’exerçais à la maison de jeunes, j’ai fondé l’ADPSF, une association dédiée au sport féminin, que j’ai présidée pendant plusieurs années. Je me suis rendu compte que les loisirs et le sport féminin étaient les parents pauvres dans notre région où les tabous ont la peau dure. J’ai alors créé une section féminine d’athlétisme, et plus tard, le semi-marathon féminin qui se déroule, chaque année, à l’occasion du premier mars.

Et en tant que directrice de l’auberge, qu’avez-vous à dire en conclusion ?
Gérer une telle structure est un travail harassant et stressant. Il faut innover et être vigilent à chaque instant. Notre structure a atteint une notoriété que nous entendons garder le plus longtemps possible. Nos clients reviennent souvent avec leurs familles ou leurs amis, ce qui prouve qu’ils ont aimé l’endroit, l’accueil et la convivialité.

A. O. T.