Accueil Tizi Ouzou Ouverture d’une piste agricole à Koukou

Aït Yahia

Ouverture d’une piste agricole à Koukou

106

La coordination inter-villages de la région de Koukou, dans la commune d’Aït Yahia, qui n’avait pas cessé d’effectuer des démarches auprès des autorités, de wilaya particulièrement, vient de voir ses efforts couronnés de succès. En effet, une piste agricole devant bénéficier aux villages d’Ath Haroun, Ath Bali, Bougtol, Taguemount et Ighil Hfadh, dans la commune d’Aït Yahia, vient de voir le jour. Des dizaines de paysans voient ainsi leurs champs désenclavés grâce à cette route qui les traverse car difficiles d’accès jusqu’à maintenant. Idir, un membre actif de la coordination a affirmé : «Le projet datant de 2015 a quelque peu tardé. Ce n’est qu’après l’intervention du wali de Tizi Ouzou que les travaux ont débuté, depuis un mois environ.»

Pour en arriver à cette heureuse issue, la coordination regroupant les membres des comités des villages concernés a multiplié les démarches auprès de l’ancien wali de Tizi Ouzou, lequel leur avait accordé, dans un premier temps, un budget d’environ trente millions de dinars qui devait être prélevé sur le FCCL (Fonds commun des collectivités locales), faute de moyens financiers, à l’époque, au niveau des services des forêts. Ce sont finalement ces derniers qui prendront en charge cette piste pour laquelle ils ne dégageront que quinze millions de dinars pour un parcours d’une dizaine de kilomètres. Cinq ouvrages busés sont réalisés pour chaque kilomètre.

Ce qui évite les dégats causés par les eaux pluviales dont se plaignent les agriculteurs des autres régions. Le tracé de cette piste, géré par la coordination en collaboration avec les services des forêts, fait des émules parmi les villages voisins qui demandent, eux également, à bénéficier d’une piste agricole. Le suivi effectué régulièrement par les villageois qui prennent de leur temps pour faciliter l’avancée des engins, n’est pas étranger au travail que d’aucuns qualifient de «bonne qualité». Déjà, dit-on, les véhicules légers accèdent aux premiers kilomètres sans encombres. Il en sera de même au fur et à mesure de l’avancée des engins.

Quant aux bienfaits de ce projet auquel toute la population adhère sans opposition aucune, notre interlocuteur cite le désenclavement des maisons isolées dont les habitants parcourent des kilomètres à pied pour atteindre la route carrossable. Par ailleurs, des autoconstructeurs rébutés, jusqu’à maintenant, par l’inexistence d’accès vers leurs propriétés ne manqueront pas de mettre enfin leurs projets d’habitation à exécution. Ceci sans compter les dizaines de champs que les paysans atteignaient difficilement auparavant. Même si elle a réussi cet exploit, la coordination de Koukou ne baisse pas les bras. Pour désenclaver entièrement leur région, ses membres espèrent trouver une oreille attentive auprès des autorités pour les aider à mettre à exécution la deuxième partie du projet.

A. O. T.