Accueil Tizi Ouzou Plusieurs opérations bloquées

AÏT YAHIA MOUSSA - Raccordement au gaz naturel

Plusieurs opérations bloquées

144

S’il est vrai que des opérations de raccordement des villages au réseau de distribution du gaz naturel sont pratiquement achevées, il n’en demeure pas moins que plusieurs projets demeurent bloqués.

En effet, à l’exception de trois villages raccordés à savoir Ath Rahmoune, Imzoughène et Ath Moh Kaci à partir d’Imlikchène ( M’Kira), les autres villages sont en stand by. Car, faudra-t-il le souligner, la conduite principale qui devait alimenter la commune à partir d’El Mers dans la commune de Tizi-Gheniff et qui devrait passer par les villages de Sanana et Ichoukrène (Draâ El-Mizan) a pris énormément de retard.

À la fin de l’année dernière, une solution a été trouvée pour débloquer le projet arrêté durant près de 4 ans, c’est-à-dire, depuis que le marché avait été retiré à l’entreprise CBN qui n’aurait pas respecté les délais, cependant, le projet est en butte aux oppositions.

« Nous croyions que tout allait rentrer dans l’ordre d’autant plus que les entreprises ont été désignées pour reprendre les travaux. Cependant, nous avons constaté que les travaux de la conduite principale n’ont pas vraiment pris la cadence voulue. C’est dire que l’hiver prochain, nos concitoyens n’auront pas encore cette commodité qui leur manque beaucoup », a expliqué, dernièrement, le maire, M. Rabah Hamitouche, que nous avions approché à propos de l’avancement du raccordement de sa commune au gaz naturel.

Mais, ce qui est encore plus dur, ce sont les postes de détente.  » Concernant celui de Tafoughalt, il n’est pas encore lancé parce que le changement de terrain où il était prévu est contesté par les propriétaires terriens si bien que nous craignons que cela prenne encore beaucoup de temps », a souligné notre interlocuteur.

Il est à signaler que les travaux de ce poste ont été lancés mais au fil du temps il s’est avéré que ce poste chevauchait avec la pénétrante vers l’autoroute Est-Ouest si bien qu’il a fallu lui changer de site. Pour celui d’Ait Yahia Mousssa, le propriétaire terrien avait exigé une indemnisation plus onéreuse que celle prévue par les concepteurs du projet.

C’est, donc, une autre contrainte pour l’avancement du projet. « Les études ont été un peu bâclées. Il y a des variantes moins coûteuses qui auraient évité tous ces problèmes », nous a confié un ex cadre dans une société nationale spécialisée dans ce genre de travaux. Les citoyens de nombreux villages de la commune interpellent les responsables concernés à se pencher sérieusement sur ce projet qui est à sa sixième année.

« Nous sommes parmi les derniers à bénéficier de cette commodité. Et puis, je peux vous dire qu’il y a d’autres solutions qui nous auraient évité tous ces retards », a estimé un membre du comité de village de Tafoughalt dont le nombre d’habitants s’élève à plus de cinq mille habitants. « Ils auraient dû nous raccorder directement à partir du village El Had », a suggéré notre interlocuteur.

Il est à noter qu’à chaque fois que des citoyens viennent protester aussi bien devant l’APC que devant le siège de la daïra à Draâ El-Mizan, le gaz est mis en avant des autres revendications en plus de l’eau potable et l’état des routes dans les villages.
Amar Ouramdane