Accueil Tizi Ouzou «Pour que notre solidarité légendaire se perpétue»

WAFIK IMARAZENE, président de l’association Djek El Khir

«Pour que notre solidarité légendaire se perpétue»

171

La Dépêche de Kabylie : Pouvez-vous nous présenter votre association ?
Wafik Imarazene
: L’association Djek El Khir a été créée en 2012, année où l’idée a commencé à germer entre voisins. Peu après sa création, nous avons été rejoints par un nombre important d’adhérents à l’échelle de wilaya et par des sympathisants à l’échelle nationale.

Comment vous est venue l’idée de lancer une association ?
En premier comme je l’ai déjà dit, c’était l’entourage familial qui s’est manifesté pour sa création ensuite rejoint par d’autres bonnes volontés. Il faut savoir que notre wilaya est connue depuis des millénaires pour ses actions de solidarité telles que Twizi et l’wziaa. Depuis que des fléaux sociaux sont apparus et guettent la nouvelle génération, nous avons pensé à un organe qui puisse lutter contre et apporter un peu de baume aux cœurs aux personnes dans le besoin. Ce sont toutes ces raisons qui nous ont poussés en tant que jeunes à tout faire pour que cette association voie le jour. Il faut aussi perpétuer notre solidarité légendaire.

Quel est votre plan d’action ?
Depuis 2012, date de création de notre association, nous n’avons ménagé aucun effort pour faire des caravanes caritatives à travers plusieurs villages. Nous distribuons des repas chauds aux SDF durant la période hivernale surtout et nous leur procurons des vêtements décents à l’aide de collecteurs de vêtements installés dans plusieurs endroits. Nous effectuons également des visites dans les hôpitaux. En outre, nous organisons des campagnes de sensibilisation contre les fléaux sociaux (drogue, tabac, sida, etc.), des tournois de football, des campagnes de nettoyage de quartiers et de reboisement, sans pour autant oublier notre activité majeure qui est l’organisation du restaurant de charité durant le mois de Ramadhan.

Parlez-nous maintenant du «Resto de charité».
Nous en sommes à notre 7e édition. Et pour cette année, le restaurant de charité vise à offrir un repas aux jeûneurs, qu’ils soient SDF, ouvriers éloignés de leurs familles ou passagers et ce, durant tout un mois. Nous distribuons, dans un espace cédé par des bienfaiteurs, jusqu’à 200 plats par jour, des repas chauds et variés, en sus de l’indispensable chorba et du dessert. Nous procédons aussi à une caravane au profit des SDF qui ne peuvent pas joindre le restaurant afin de leur servir les repas de l’Iftar et du Shour, tout cela dans une ambiance conviviale.

Ça a été un peu dur dans les premières éditions mais Dieu merci, après que les citoyens ont vu notre travail, ils se sont mis à notre côté et à chaque fois qu’on lance un appel, nous sommes toujours entourés par des bienfaiteurs qui nous gratifient de dons surtout en produits alimentaires. À titre d’exemple, l’année passée, nous avons obtenu une aide de la part des joueurs de la JSK. Pour cette année, c’est la direction du club, à sa tête Cherif Mellal, qui sera partenaire avec nous. Je tiens d’ailleurs à les remercier pour la confiance qu’ils ont placée en nous.

Je profite de cette occasion qui m’est offerte par votre journal pour lancer un appel à toutes les personnes qui ne peuvent rompre le jeûne chez eux de venir chez nous. Je tiens également à remercier tous ceux qui ont contribué durant toutes les éditions précédentes et celle de cette année sans oublier tous les membres qui se sacrifient quotidiennement pour être présents avec l’association.

Entretien réalisé par Lyes Mechouek