Accueil Tizi Ouzou Quand la SDC affecte la distribution de l’eau

Ouled Aïssa

Quand la SDC affecte la distribution de l’eau

67

Le village Ouled Aïssa, à 3 km du centre ville de Draâ El Mizan, manque d’eau potable depuis un mois. Certes, avec le transfert de l’eau du barrage Koudiet Acerdoune (Bouira), l’alimentation en eau potable à Draâ El-Mizan a été nettement améliorée aussi bien en ville que dans les villages, cependant, sporadiquement, des manques apparaissent ici et là pour de nombreuses raisons.

Tout d’abord, il est à signaler que les baisses de tension électrique sont fréquentes notamment en saison estivale. « Le problème électrique se pose avec acuité au niveau des stations de Djebahia. C’est pourquoi nous vivons encore des perturbations. En principe, il fallait renforcer l’électricité de ce côté là. Nous constatons que rien n’est encore fait », nous a répondu un adjoint au maire que nous avons approché à ce sujet en nous signalant que de nombreux villages manquaient d’eau.

L’exemple de Ouled Aïssa, situé à quelque trois kilomètres de la ville, est édifiant. « Pourtant, nous avions eu toujours notre part. Même si ce n »était pas vraiment de manière abondante. L’eau nous arrivait une fois tous les deux jours durant plusieurs heures. Cette fois-ci, nous ne comprenons rien parce que l’eau ne coule plus de nos robinets. Cela fait maintenant un mois. Si on a de la chance, on remplit deux à trois jerricans parce que le débit est faible et parce qu’aussi la distribution ne dépasse pas quelques minutes », nous a confié un habitant de ce village de près de mille habitants.

Et de poursuivre: « Pourtant, nos voisins d’en haut ont leur quota le plus normalement du monde. Nous n’arrivons pas à situer l’origine de ce manque ». Pour un autre intervenant, la panne signalée a été, pourtant, réparée. « Nous nous préparons à une action de protestation. Sinon, nous n’aurons plus d’eau durant tout l’été d’autant plus qu’il y a de nombreuses réclamations des autres villages de la commune. Nous ne demandons que l’application du programme de distribution », a ajouté une autre personne.

Selon nos informations, d’autres villages tels Henia, Sanana, Ichoukrène et bien d’autres villages souffrent du même manque. Par ailleurs, il nous a été donné de constater que certains réseaux de distribution n’ont pas tenu quelques années. C’est le cas du lotissement social (lotissement Mohamed Belaouche).

Dans ce quartier, les fuites causent énormément de pertes. « Les fuites sont récurrentes dans notre lotissement. Et puis, c’est un réseau qui ne remonte pas à longtemps. C’est la qualité des travaux qu’il faut remettre en cause. Sur une distance de cent mètres, nous avons enregistré au moins quatre importantes fuites en une semaine. Lorsque la fuite est réparée, une autre survient le lendemain. C’est du gâchis quand on voit que des quantités énormes sont déversées sur la chaussée à tel point que cette dernière est entièrement dégradée. D’ailleurs, il faudra refaire tout ce tronçon.

En tout cas, le réseau dans notre lotissement est à revoir en entier », a estimé un résident qui essayait de canaliser l’eau perdue vers un avaloir afin d’éviter son écoulement sur le bitume parce que celui-ci se dégrade de jour en jour. À quand alors la bonne gestion de cet élément vital notamment en ces périodes caniculaires ?
A. O.