Accueil Tizi Ouzou Recueillement et inauguration

Béni Zmenzer - Aït Ouanèche en fête

Recueillement et inauguration

83

Comme il est de tradition au niveau national, la fête de l’indépendance qui coïncide avec le 5 juillet de chaque année a été célébrée dans chaque ville et village.

Le village Aït Ouanèche dans la commune de Béni Zmenzer relevant de la daïra de Béni Douala, à quelques kilomètres de Tizi-Ouzou, ne déroge pas à la règle. Un programme très riche concocté par les autorités locales en collaboration avec la société civile a débuté tôt la matinée avec le dépôt de gerbes de fleurs au niveau du monument des martyrs de ce village qui compte, faut-il le rappeler, plus de 75 martyrs qui sont tombés au champ d’honneur pour que l’Algérie soit libre et indépendante.

Une minute de silence a été observée sur place à la mémoire de tous les martyrs de la révolution algérienne. Peu après, les membres de l’assemblée populaire communale, à leur tête le maire, M. Daoud, et les citoyens venus nombreux ont procédé à l’inauguration d’une stèle à la mémoire des sept chahids, Bouras Mouhamed, Bouselma Rezki, Ihadadene Idir, Bousmail Med Idir, Rasoul Mohamed, Loufi Ahmed et Khetal Mohamed, tombés au champ d’honneur le 17-02-1959 à Akuf Laach, un hameau du village Ait Ouaneche.

Une gerbe de fleurs a été aussi déposée sur le lieu suivi d’une prise de parole des présents qui ont longuement insisté sur le courage et la résistance de ces hommes que le village a enfantés ainsi que le grand apport de la région durant la guerre de libération.

Un groupe de jeunes s’attèle à réaliser un documentaire consistant en un reportage filmé pour recueillir des témoignages sur tous les martyrs du village.

Un appel a été lancé à tous ceux qui peuvent contribuer à la collecte d’informations et de photos de cette période pour les mettre à la disposition des initiateurs afin de concrétiser ce projet qui fera connaître surtout à la nouvelle génération les héros du village qui se sont sacrifiés pour libérer le pays du joug colonial et les atrocités commises par l’armée française.
Lyes Mechouek