Accueil Tizi Ouzou Réserves des transporteurs

FREHA - Nouveau plan de circulation

Réserves des transporteurs

159

Dans la commune de Fréha, à une trentaine de km à l’Est de la ville de Tizi-Ouzou, de vives tensions sont soulevées par la mise en place du nouveau plan de circulation.

Ce nouveau plan de circulation n’a pas été du goût des transporteurs, notamment ceux assurant les lignes directes Azeffoun-Tizi-Ouzou et Iflissen-Tizi-Ouzou qui se sont vu interdire de transiter par le centre-ville de Fréha.

D’ailleurs, les transporteurs des deux lignes ont manifesté leur désapprobation devant le siège de la mairie, mercredi dernier. «On n’arrive pas à savoir pourquoi ils nous ont interdit l’accès à la ville. On doit passer par la rocade du stade, mais comme ça on ne gagne plus rien», proteste un transporteur de la ligne Azeffoun – Tizi-Ouzou.

Avec ce nouveau plan de circulation, les arrêts de bus ont quasiment été délocalisés du centre-ville vers l’extérieur du centre urbain. Il faut dire que ce dernier est devenu trop encombré, notamment avec la montée démographique mais aussi avec l’intensité de l’activité commerciale et industrielle que connaît la commune ces cinq dernières années.

La décongestion du centre-ville est devenue nécessaire pour garantir la fluidité de la circulation automobile. Mais ce plan adopté par la municipalité est difficile à accepter par les transporteurs qui ont pris l’habitude dans leurs anciennes stations et arrêts, même si cela est au détriment du bien être de la population locale.

Ainsi, ces transporteurs disent ne pas comprendre pourquoi on a délocalisé les stations de Tala Tgana, Timizart, Aghribs et Tizi-Ouzou, vers l’arrêt d’Azeffoun qui se trouve à l’entrée nord de la ville. Pareil pour ceux assurant les lignes d’Azazga, Tamda et Souk El Had qui vont devoir délocaliser vers l’entrée sud-est de la ville.

L’exécution de ce nouveau plan depuis le 3 février a néanmoins donné du souffle aux artères de la ville où la circulation s’est relativement fluidifiée. Pour le maire de la commune, Mohand Azizi, la situation est devenue intenable dans le centre urbain. «Il est nécessaire d’apporter une solution via l’instauration d’un nouveau plan de circulation qui arrangerait tout le monde pas qu’un groupe.

C’est une évidence, les embouteillages au centre-ville commençaient à crier des tensions, il est de notre devoir donc d’apporter la solution pour le bien être de la population qui nous a confié la gestion de leur cités», assure l’édile communal.

Djaffar Ouigra