Accueil Tizi Ouzou Rétablissement de l’alimentation en eau potable

Aïn El Hammam

Rétablissement de l’alimentation en eau potable

147

Les habitants des régions desservies par le château d’eau principal d’Aïn El Hammam n’ont finalement pas subi beaucoup de désagréments suite aux pannes survenues, il y a deux semaines, au niveau de deux stations de refoulement. Soumis à une restriction au moment de l’incident, ils ont, par la suite, constaté un retour progressif à la normale dès le deuxième jour.

C’est avec soulagement qu’ils ont remisé leurs jerricans et autres réserves qu’ils avaient sortis de peur d’une longue interruption. Depuis une semaine, les choses semblent rentrer dans l’ordre. Les techniciens des services concernés se sont attelés à la tâche dès que les pannes leur ont été signalées. Le roulement défectueux, au niveau de la station de reprise d’Ouaïtslid a été remplacé dès qu’il a été acheminé d’Alger. Il en est de même pour le problème électrique constaté à la station de refoulement d’Ahechad, qui a vite été réparé pour éviter de pénaliser des milliers de foyers.

Selon nos sources, pour faire face à la demande croissante en eau potable, les services de l’hydraulique ont inité plusieurs projets à même de satisfaire les populations d’Aïn El Hammam, d’Iferhounene, de Larbaâ Nath Irathen et autres.

Ainsi, les travaux consistant en le renforcement de la distribution de l’eau au niveau des villages Tillilit et Tasga Melloul sont en cours et ne tarderont pas à être terminés. Dans la commune d’Aït Yahia, les villages de Tagwnits et Takana bénéficieront, pour leur part, d’une opération similaire, dont la pose de la conduite se déroule en ce moment.

Cependant, le plus important est la construction d’un troisième château d’eau d’une capacité de 2 000 m3, qui viendra renforcer deux autres châteaux d’eau d’un volume équivalant à deux fois 1500 mètres cubes. Ce qui, on n’en doute pas, soulagera toute la région. Notons que plusieurs daïras sont alimentées en eau potable à partir du réservoir de tête, sis sur les hauteurs de Michelet, à 1 200 mètres d’altitude.

Quant au précieux liquide récupéré à l’oued El Djemaa, au bas de la vallée, il y parvient grâce à un réseau de 03 stations de reprise, qui se chargent de son refoulement.
A. O. T.