Accueil Tizi Ouzou Revêtement de 3 000 m de route

Bouarfa

Revêtement de 3 000 m de route

140

Un projet d’aménagement et de revêtement en goudron de la route menant du chemin de wilaya n° 147 à la placette centrale du village de Bouarfa, dans la daïra de Maâtkas, a été lancé. Cette opération, selon un citoyen dudit village, rentre dans le cadre du plan sectoriel de développement et touchera aussi une piste agricole reliant l’extrémité du village aux oliveraies avoisinantes. Ce qui donne, selon la même source, un total de presque 3 000 mètres à revêtir.

Les travaux, toujours en cours, sont à un stade avancé et devraient être achevés probablement d’ici une dizaine de jours, «si les intempéries ne viennent pas freiner notre avancée», a tenu à préciser un employé de l’entreprise réalisatrice rencontré sur les lieux. Ce projet vient ainsi renforcer et compléter les efforts déployés par les citoyens de ce village depuis des années pour l’amélioration de leurs conditions de vie.

A signaler que grâce à l’engagement des villageois, notamment sa composante juvénile, regroupés autour du comité de village, plusieurs actions d’intérêt général ont été organisées, comme l’entretien et la clôture du cimetière et le nettoyage, à intervalles réguliers, des quartiers, ruelles et sentiers de la bourgade. En revanche, l’action qui mérite le plus d’être signalée est la réalisation d’un stade au lieu-dit «Amejoudh», destiné aux activités sportives et de loisirs, par la seule volonté des citoyens. «Pour réaliser ce stade, nous avons dû batailler très fort avec les services des forêts desquels relève le terrain.

Au bout d’un cours bras de fer et de plusieurs démarches, nous avons fini par l’acquérir. C’est un citoyen bienfaiteur du village qui a payé de sa poche tous les travaux nécessaires, dont les terrassements. Le reste a été l’œuvre du volontariat», note un citoyen. A présent, selon toujours notre interlocuteur, d’autres soucis compliquent toujours le quotidien du village et nécessitent l’intervention des pouvoirs publics. Les villageois sollicitent entre autres l’ouverture d’autres pistes agricoles, pour désenclaver les champs d’oliviers, situés dans les profondeurs de la forêt d’Amejoudh.

Rabah A.