Accueil Tizi Ouzou Risques d’incendies sur les accotements

Aïn El-Hammam - Le débroussaillage n’a pas été effectué

Risques d’incendies sur les accotements

39

L’habituel débroussaillage effectué habituellement avant l’été, aux environs immédiats des agglomérations, n’a pas eu lieu cette année. Comme constaté sur les routes, les herbes sèches recouvrent les fossés jusqu’au bord de l’asphalte et menacent de prendre feu au moindre mégot de cigarette.

Les accotements, au niveau de certaines routes en sont entièrement couverts des deux côtés de la chaussée. Les traditionnelles injonctions des responsables de villages envers leurs concitoyens, contraints de nettoyer les abords de leurs maisons et de leurs champs, relèvent du passé. Les foins dont on interdisait même le stockage dans les zones habitées ne sont plus coupés dans la plupart des champs.

Rares sont les paysans qui prennent la peine de dégager leurs propriétés ne serait-ce que pour leur épargner les risques d’incendies. Mieux encore, les éleveurs qui se plaignent des coûts du fourrage en période hivernale ne profitent pas de la saison et de l’abondance de foins pour se constituer des réserves en prévision de la saison des neiges.

Certains refusent même de récupérer gratuitement, les foins coupés qui n’attendent qu’à être enlevés. Il ne reste à leurs propriétaires qu’à s’en débarrasser par le feu. Les talus embroussaillés deviennent autant de mèches pour les pyromanes qui verraient s’embraser de vastes champs. Chaque année, des centaines d’oliviers, d’arbres fruitiers, et des ruches partent en fumée à cause de cette situation.

Par ailleurs, les dépotoirs sauvages, même de moindre envergure, où s’accumulent des produits inflammables sont nombreux et doivent être éradiqués en prévision de la saison estivale pour limiter les feux de forêts et de broussailles. Si les pouvoirs publics, la protection civile, en premier, se dotent de matériel d’intervention, les citoyens doivent, à leur tour, effecteur leur part de travail dans le cadre de la prévention des incendies, parfois difficilement maîtrisables.
A. O. T.