Accueil Tizi Ouzou Sit-in des bénéficiaires devant la daïra

AZAZGA - Projet des 64 logements LSP

Sit-in des bénéficiaires devant la daïra

324

Les membres de l’association des bénéficiaires des 64 logements sociaux de Thaâzibt ont observé, dimanche dernier, un sit-in devant le siège de la daïra d’Azazga.

Cette action vise, selon ses initiateurs, à interpeller les autorités sur la situation qu’ils vivent après le refus du promoteur immobilier d’exécuter la décision de justice qui leur a donné gain de cause dans le conflit qui les oppose à celui-ci depuis sept ans. Avant cette action, et dans un ultime recours, atteste le président de cette association, «le wali de Tizi-Ouzou a été destinataire d’un courrier à travers lequel on a expliqué les péripéties judiciaires de cette affaire qui n’a que trop duré.

Le jugement exécutoire de la cour administrative de Tizi-Ouzou étant en notre faveur, nous l’avons interpellé afin qu’il use de ses prérogatives pour appliquer le jugement exécutoire de justice et de nous rétablir ainsi dans nos droits, en prenant les mesures qui s’imposent pour l’exécution du verdict de la cour administrative de Tizi-Ouzou». Après l’«euphorie» du verdict final de la cour administrative de Tizi-Ouzou, donnant gain de cause à l’association des bénéficiaires des 64 logements sociaux, la direction de logements et l’APC d’Azazga contre la promotion immobilière Thaddarth, «grande était la désillusion» des bénéficiaires en apprenant que ladite entreprise refuse d’exécuter la décision de justice. Les autorités locales craignent vraisemblablement un dérapage de la situation, qui pourrait aboutir à des affrontements entre les bénéficiaires des logements sociaux et d’autres qui ont acheté ces unités sous forme de promotion immobilière.

Le nœud du problème réside dans le fait que le promoteur immobilier s’estime dans son droit d’établir, par lui-même, la liste des bénéficiaires, alors que ce programme de logement s’inscrit dans le cadre social. Et c’est l’État, à travers les collectivités locales, qui désigne les bénéficiaires après étude de tous les dossiers des prétendants. Dans l’après-midi, une délégation de cette association a été reçue par le maire, Mohand Amokrane Bennadji, et le chef de daïra, Djamel Menia. Ce dernier nous affirmera que «ce dossier a traîné pendant des années. Après que la direction du logement et la wilaya de Tizi-Ouzou ont saisi la cour administrative, cette dernière a rendu son verdict, qui sera exécuté incessamment». Et d’ajouter : «Nous comprenons l’impatience des bénéficiaires qui ont attendu très longtemps, mais nous leur avons expliqué que l’exécution des jugements est du ressort de la justice. Nous leur avons également expliqué que la direction du logement est partie prenante dans cette affaire. Par ce fait, il faut suivre la procédure légale prévue par la loi qui dispose, entre autres, la désignation d’un huissier de justice qui fera le constat sur les lieux».

Pour rappel, et comme rapporté dans nos éditions précédentes, la genèse de ce problème remonte à l’année 2011. La liste des bénéficiaires, affichée, a eu l’aval de la DLEP et de la CNL. Mais le promoteur immobilier s’estimant dans son droit d’établir la liste des bénéficiaires a refusé catégoriquement de recevoir et de reconnaître la liste établie par les autorités. Une longue bataille judiciaire qui a duré sept ans a fini par donner raison à ladite association, à la direction du logement ainsi qu’à la mairie d’Azazga, lesquelles se sont constituées partie civile dans cette affaire.

Mohand Ibersiene