Accueil Tizi Ouzou Tafoughalt au rendez-vous demain

AÏT YAHIA MOUSSA - Célébration du Printemps berbère

Tafoughalt au rendez-vous demain

128

À l’occasion du 39e anniversaire du Printemps amazigh, l’association culturelle Tadelsant Tasuta N’Tfoughalt, dans la commune d’Aït Yahia Moussa, a concocté un programmé riche en activités qui auront lieu demain au CEM Chahid Rabah Meddour. En effet, il s’agit d’expositions de poterie, de bijoux anciens, de robes kabyles et de mets culinaires.

En plus de cela, des témoignages de ceux qui ont vécu les événements du Printemps amazigh depuis l’annulation de la conférence prévue par le regretté Mouloud Mammeri à l’université de Tizi-Ouzou, le 10 mars 1980, sur les poèmes kabyles anciens ont été programmés pour faire revivre à la génération d’aujourd’hui l’engagement des jeunes de l’époque pour le combat identitaire. D’ailleurs, les initiateurs de cette célébration ont inséré dans leur programme un concours de poèmes en tamazight à l’intention des écoliers, des collégiens et des lycéens.

La participation à ce concours est fixée par des conditions que devra réunir chaque participant.  » C’est une façon de motiver nos enfants à donner plus d’importance à la langue amazighe d’autant plus qu’aujourd’hui elle est enseignée à l’école. Il faut que je rappelle qu’au lendemain de la grève du cartable, tamazight a été enseignée dans ce collège où nous fêtons le printemps amazigh dès la rentrée scolaire 1995/ 1996.

Aujourd’hui, elle l’est dans les deux écoles primaires de notre village ainsi que dans ce collège », nous dira un membre de Tasuta. Indubitablement, le rendez-vous tant attendu est la conférence que devra animer Amar Derriche, ancien animateur de la Radio chaîne 2 et grand militant de la cause amazighe. La conférence va s’inscrire dans le rappel de toutes les luttes pour tamazight depuis la crise berbériste de 1949 jusqu’à sa constitutionnalisation comme langue nationale et officielle. Au terme de cette journée tant attendue par les villageois où des activités de ce genre sont rares, des prix seront décernés aux vainqueurs du concours.

Il est à rappeler que cette jeune association présidée à sa création par le regretté, l’écrivain autodidacte M. Arezki Tifaoui, n’est pas à sa première activité. Elle compte investir davantage le terrain dans les prochains jours d’autant plus que ses membres sont tous des universitaires. Ils multiplient aussi leurs actions pour la mise en service du foyer de jeunes du village dont les travaux ont commencé en 1991 mais qui est toujours fermé à ce jour et en faire un espace où s’épanouiront Tisuta (des générations).

Amar Ouramdane