Accueil Tizi Ouzou Timechret et offrandes à travers les villages

Célébration du Mawlid Ennabawi

Timechret et offrandes à travers les villages

231

Plusieurs villages de la wilaya de Tizi Ouzou ont célébré la date anniversaire de la naissance du prophète (El Mouloud), en organisant des offrandes (Timechret), le week-end écoulé. Timechret est une tradition ancestrale kabyle, un rite collectif organisé par les villageois à travers l’histoire de la région, pour célébrer un événement commun appartenant à la tradition, à la religion ou à la mémoire collective. C’est dans cet esprit que plusieurs villages de la wilaya ont choisi cette occasion religieuse, la date anniversaire de la naissance du prophète Mohamed, pour organiser «Timechret». Hier matin, c’étaient les habitants du village Tougnatine (Thala Bouzrou) dans la commune de Makouda.

Avant-hier, c’étaient ceux d’Aït Lbachir dans la commune d’Imsouhal, qui ont, à l’occasion, fêté le raccordement de leurs foyers à l’eau potable à partir d’un forage réalisé grâce aux cotisations des villageois avec l’aide de l’APC d’Imsouhal. Les habitants d’Ath Hague, dans la commune d’Irdjen, Akhrib Azza dans la commune d’Aït Aissa Mimoun et ceux d’Ath Mansour (Ihesnaouen), dans la commune de Tizi Ouzou, qui ont eux aussi organisé des offrandes dont ont profité tous les villageois et les invités. Le principe de l’événement c’est la solidarité villageoise.

Dans la communion et la fraternité, les comités de villages organisent les offrandes avec la participation de l’ensemble des villageois. Avant le jour J, ils lancent des quêtes, pour recueillir l’argent nécessaire pour acheter les bœufs qui seront sacrifiés. L’appel est lancé et tout le monde est concerné, les présents au village comme les absents, ceux qui se sont installés dans la capitale par exemple et même à l’étranger. Tout le monde cotise. Argent, semoule, huile et autres sont récoltés. Le jour J, les bœufs sont égorgés. On prépare des festins auxquels tout le monde est convié, dans les places publiques. D’autres préfèrent distribuer des parts aux foyers. Les disparités sociales disparaissent l’espace d’une journée de solidarité, les familles sont rassemblées, c’est l’esprit de cette tradition perpétuée par les villages kabyles.

K. H.