Accueil Tizi Ouzou Toujours pas de GPL !

Aïn El Hammam

Toujours pas de GPL !

98

Sur un ensemble de cinq stations-service se trouvant sur le territoire de la commune d’Aïn El Hammam, aucune ne possède de pompe de GPL (gaz propanne liquéfié). Si les privés peuvent expliquer cette absence par le manque d’espace et d’autoristaion pour ce carburant jugé dangereux, il en est autrement de NAFTAl qui possède une station spacieuse, capable de répondre aux attentes de sa clientèle. Pourtant à l’intérieur clos de la station, un endroit, situé à l’écart avait été réservé à la cuve et au volucompteur de ce carburant, de plus en plus demandé.

En effet, lors de la réouverture de cette structure, après une année de travaux d’aménagements, les responsables avaient déclaré que le sirghaz ne tarderait pas à être disponible, ici, comme dans toutes les stations appartenant à l’entreprise, à l’échelle nationale. Le retard mis pour mettre en service le GPL était expliqué par une opposition des voisins qui avaient refusé le déplacement d’un poteau électrique situé à proximité de la cuve du carburant tant convoité. Cependant, le problème ne semble pas être résolu, depuis, au grand dam des clients de NAFTAL obligés de parcourir plus de quarante kilomètres pour remplir leur réservoir.

«J’ai installé le kit pour plus de six millions de centimes avec l’espoir de faire des économies. Malheureusement, je me retrouve contraint de continuer à rouler à l’essence. Je ne peux faire le plein de sirghaz que lorsque je sors loin de Michelet», déclare un chauffeur de taxi qui loue toutefois les multiples avantages offert par le GPL. De nombreux autres automobilistes se disent séduits par ce carburant mais n’osent pas, pour autant, faire le pas pour installer le kit tant désiré. «Je n’en vois pas l’utilité vu que la plupart du temps, je ne quitte la région que pour affaire», avoue un fonctionnaire, dissuadé par l’indisponibilité du Sirghaz.

Une défaillance constatée dans toute la région de haute montagne, de Beni Yenni à Iferhounene dont les automobilistes doivent se déplacer sur de longues distances pour affectuer le plein. Par ailleurs, l’absence des autres services (cafétéria, lavage, vidange etc.), sont signalés par les clients. Les voyageurs venant de loin, aimeraient également trouver un endroit adéquat pour prendre un peu de repos tout en sirotant un café, pendant qu’un agent effectuerait la vidange de leurs véhicules. Pour le moment, en dehors des auvents qui protègent les volucompteurs, aucun abri n’est prévu pour les clients. Lors de la réouverture de la station après une fermeture qui a duré une année, les responsables nous avaient affirmé que «nous allons remédier incessamment aux questions en suspens». Les clients attendent toujours.

A. O. T.