Accueil Tizi Ouzou Un nouveau directeur pour l’hôpital

Aïn El Hammam

Un nouveau directeur pour l’hôpital

163

Un nouveau directeur, Idja Aomar, vient d’être affecté pour présider aux destinées de l’EPH d’Aïn El Hammam, en remplacement de M. Nouri appelé dans un poste similaire à l’hôpital d’Azeffoun. Avant d’arriver à l’ex-Michelet, le nouveau directeur a dirigé plusieurs établissements hospitaliers, dont celui de Tigzirt, pendant huit ans, et le dernier en date l’hôpital de Draâ El Mizan qu’il vient de quitter il y a moins d’un mois. Connaissant les lieux pour y avoir exercé en tant que chef du personnel durant des années, M. Idja n’aura pas de difficultés d’adaptation. Une grande partie du personnel a déjà exercé sous ses ordres alors qu’il y était en fonction.

Ce qui, à n’en pas douter, facilitera le contact dans l’intérêt de tous. Lors de notre passage, le directeur était en inspection pour s’imprégner de l’état des lieux. Il sait que sa tâche ne sera pas aisée pour remettre à niveau cette structure hospitalière considérée, pourtant, du point de vue de la prise en charge du malade, comme l’une des meilleures que compte la wilaya de Tizi Ouzou. Il ne cache pas que son objectif est de «travailler pour améliorer l’hygiène des lieux et d’offrir aux malades une meilleure prise en charge et des conditions de séjour à la hauteur de leurs attentes.» Voilà qui réconfortera la population.

Concernant le volet médical, on apprend que l’hôpital qui souffre d’un manque de certaines spéacialités, attend, surtout un gynécologue, depuis plus d’une décennie. Par ailleurs, dix postes de médecins généralistes sont déclarés vacants et attendent toujours que d’éventuels postulants viennent les occuper. Un manque qui risque de s’accentuer au fil des années si les départs ne sont pas compensés par des arrivées. Quant à la structure elle-même, datant de 1893, elle présente un état de vétusté qui empêche toute tentative d’amélioration du bâti. Elle abrite tout de même deux-cents lits. Cependant, M. Idja, comme ses prédecesseurs, se doit d’être vigilent afin de garder, sinon améliorer, la renommée de cet établissement en matière de prise en charge du malade.

A. O. T.