Accueil Tizi Ouzou Un projet d’antenne 4G LTE à Bougarfène

brèves d'aït yahia moussa

Un projet d’antenne 4G LTE à Bougarfène

77

Finalement, la commission d’Algérie télécom a décidé de délocaliser l’antenne 4G LTE au lieu-dit Bougarfène, à proximité du carré des martyrs de la bataille du 6 janvier 1959, initialement prévue sur le bureau postal d’Iâllalen. « C’est pour des raisons techniques. Selon les membres de la commission, le premier site ne pouvait pas couvrir tout le village et les hameaux environnants », nous a confié M. Boussad Sadani, élu à l’APC et délégué spécial à l’antenne administrative d’Iâllalen. Pour notre interlocuteur, il est attendu que ce projet soit lancé incessamment parce qu’il urge dans cette grappe de villages.

À rappeler dans la même commune, le village de Tafoughalt avait déjà bénéficié d’un tel moyen au point où même d’autres villages des communes environnantes telle M’Kira ont de la connexion à haut débit.  » C’est fiable en matière de connexion à internet. Et puis, cela ne coûte pas cher », nous a répondu un internaute de Tafoughalt. À noter que ces antennes sont implantées dans les zones rurales afin de permettre aux ruraux d’user de ce moyen technologique devenu une nécessité pour tous. Par ailleurs, la direction d’Algérie télécom avait annoncé que la fibre optique avançait dans toutes les municipalités de la wilaya.

L’embellissement des écoles primaires se poursuit

Les parents d’élèves s’impliquent de plus en plus dans l’embellissement des établissements de l’enseignement primaire. En effet, cela a commencé à l’école frères Salemkour de Tafoughalt où l’association des parents d’élèves a non seulement effectué quelques petits travaux de réfection et de dallage mais aussi peint les murs extérieurs. Le weekend dernier, avec aussi la participation des élèves qui ont choisi les couleurs, l’intérieur des salles de cours a complètement changé de look.

« Nous associons les élèves parce que ce sont eux qui nous orientent sur les couleurs de leur choix. Vraiment, cela donne maintenant le goût de rester dans ces salles alors qu’il y a quelques jours, elles étaient lugubres et sombres. Elles sont bien décorées », dira un membre de l’association des parents. L’association des parents d’élèves a invité un clown qui a fait du grand plaisir à ces petits potaches. Par ailleurs, dans le même village, des efforts sont faits au niveau de l’école Mohamed Belmahdi où les volontaires ont décidé d’organiser une action similaire. C’était aussi le cas de l’école de Chérifi à Ath Amar Moussa et bien d’autres.

Un marché de fruits et légumes sur un pont

Le pont qui relie les deux rives du chef-lieu de la commune séparées par une rivière est devenu un marché de fruits et légumes. En effet, pas moins de cinq marchands ambulants y installent leurs marchandises depuis des années au point où il est impossible que deux véhicules qui se croisent passent en même temps. D’autre part, il faut aussi dire que cet ouvrage d’art peut être fragilisé avec ses poids d’autant plus que sa réalisation remonte à plus de quarante ans d’une part, et d’autre part, parce que du sable est extrait sous cet ouvrage. Pourtant, l’APC a tenté d’éradiquer ce commerce informel en aménageant l’ancien marché.

 » Avec le temps, nous craignons que ce pont s’écroule. Il faudrait que les autorités passent à l’action. Pourquoi ces marchands préfèrent-ils s’installer sur pont? », s’interroge un habitant de la cité Rabets. »En tout cas, la responsabilité incombe aux élus locaux qui ne veulent pas faire intervenir la force publique pour les déloger », ajoute la même personne. À quand alors la fin de cette anarchie?

A. O.