Accueil Tizi Ouzou Une unité d’oncologie pour bientôt

DRAÂ EL-MIZAN - EPH Krim Belkacem

Une unité d’oncologie pour bientôt

198

Une unité d’oncologie médicale sera opérationnelle à l’Établissement public hospitalier (EPH) Krim Belkacem de Draâ El Mizan, au maximum
dans un mois.

En effet, après un travail de longue haleine entre tous les services concernés, notamment le service d’oncologie du CHU de Belloua et l’association «Rahma» d’aide aux personnes atteintes de cancer de Draâ El Mizan, une unité d’oncologie médicale à vocation d’hôpital de jour sera opérationnelle dans tout au plus un mois.

Et pour mettre en place ce service, une réunion a été tenue, avant-hier, entre le directeur de l’EPH, le professeur Sakhri du service d’oncologie de Belloua, les personnels médical et paramédical de l’hôpital et Mahmoud Ouazar, président de l’association. Cette réunion avait pour objectif de préparer l’ouverture officielle sur tous les plans de l’unité d’oncologie, prévue provisoirement au cinquième étage de cet établissement hospitalier, en attendant la réalisation d’un bloc qui l’abritera. «C’est avec grand plaisir que je vous reçois.

C’est un projet d’une extrême urgence pour la région, qui soulagera les cancéreux qui sont nombreux à se déplacer jusqu’à Tizi Ouzou pour leurs contrôles et suivis. Tout est fin prêt pour lancer l’unité d’oncologie avec la collaboration du professeur Sakhri. De mon côté, je suis prêt à mettre tous les moyens dont nous disposons pour réussir cette mission. Je saisis cette occasion pour interpeller les pouvoirs publics à tous les niveaux afin de venir en aide à cet hôpital, dont l’état des lieux a été établi et donné à qui de droit», a indiqué dans son intervention Lounès Bourous, premier responsable de cet hôpital.

Il a signalé aussi que le personnel est prêt et qu’un médecin coordinateur de ce service a déjà été choisi. De son côté, le Pr Sakhri était très satisfaite par rapport à ce qui a été engagé pour lancer cette unité d’oncologie tant attendue par la population mais surtout par les patients. «Nous avons chaque année 450 personnes atteintes de cancer dans cette région. C’est énorme et en même temps effarant.

A cet effet, cette unité est d’une extrême urgence», a-t-elle tenu à préciser. Elle a également expliqué que l’unité d’oncologie de Draâ El Mizan prendra en charge dans un premier temps au maximum quatre malades. Et de poursuivre : «Elle se chargera du dépistage, du diagnostic et du suivi. Au fur et à mesure, elle élargira ses services à d’autres malades. J’exige qu’elle ne soit pas livrée à la saturation. Il faut une véritable coordination entre le personnel. D’ailleurs, je suis convaincue que le personnel affecté à ce service est compétent et qu’il fera de son mieux pour une meilleure prise en charge des malades. Il sera composé d’un oncologue, d’un médecin coordinateur et de paramédicaux.»

Pour sa part, Mahmoud Ouazar était aux anges : «Tous nos efforts ont finalement abouti. Enfin, le projet va voir le jour grâce à la contribution de tous les acteurs et bien sûr des autorités locales, dont le chef de daïra, qui ont appuyé cette initiative. Maintenant, nous devons tous travailler ensemble pour accompagner le personnel affecté à cette unité.» Le président de l’association «Rahma» considère que cette unité est un acquis et une entière satisfaction.

Il est à signaler qu’une esquisse pour réaliser un bloc, qui sera composé d’un service d’urgences médicales, d’un service d’hémodialyse et d’un service d’oncologie est en projet.

«L’évaluation financière a été faite. Il faut maintenant suivre les démarches nécessaires. Cet hôpital de 240 lits a besoin d’un bloc spécialisé à part, en vue de dégager les espaces occupés par les services précités actuels qui ne répondent aucunement aux normes», a confié une source proche de ce projet. Pour conclure, le Pr Sakhri, le directeur de l’EPH et Mahmoud Ouazar souhaitent que Draâ El Mizan devienne un pôle régional d’oncologie.
Amar Ouramdane