«L’élargissement de la démarche populaire saluée»

Partager

S. Ait Hamouda

L’industrie cinématographique d’expression amazighe a fait des bonds de géant, cependant, elle ne compte pas plus de douze films. Dix en kabyle, un en chaoui et un autre en targui. Le cinéma est un art, le 7e , visiblement l’un des plus difficiles, nonobstant même techniquement fourni et artistiquement bien tourné, il n’en demeure pas moins qu’il faut plusieurs films pour réussir à faire de bons produits.

Ce que l’on compte aujourd’hui, entre courts et longs métrages, est faible. Surtout tenant compte du professionnalisme absent chez la plupart des concourants à l’Olivier d’or, qui font des vidéos, mal ficelées, mal montées et n’ayant, visiblement, rien à voir avec le cinéma tel qu’on le présuppose, tel qu’on le respecte, tel qu’on le veut. Il y a des films qui sont faits au pied levé, dans la précipitation et confondant vitesse et rapidité, pourvu qu’on fasse n’importe quoi.

Lorsqu’on on fait un produit artistique, on doit d’abord choisir avec attention ses plans, ses décors, ses personnages et surtout un récit qui tienne la route et pas du brouillon, pas de projets filmiques farfelus, pas d’histoires à dormir debout. Cela permet d’abord au cinéma d’expression amazighe de percer, d’être compris et surtout d’être parfait. Ce festival doit, à tout le moins, être au diapason de ce qu’est le 7e art à travers le monde.

Il faut que le réalisateur ait eu une formation, il doit surtout connaitre le «B-A Ba» de ce métier et le maitriser comme il se doit. Sans quoi il va mettre au monde un navet qui ne fera pas date. Le concours pour l’olivier d’or ou d’argent doit comprendre les paramètres qu’un film digne de ce nom doit contenir.

Le jury aussi ne doit tenir compte que de la beauté, sur les plans esthétiques, qualité de l’image, un scénario, des personnages crédibles, des lumières parfaitement en symbiose et un son pas parasité, sans fritures, et le reste également symbiotique et le tout en parfaite coordination. Là on pourra dire qu’un cinéma d’expression amazighe est né.

S. A. H.

Partager