Les jeunes du pré-emploi ne décolèrent pas

Partager

Sans salaires depuis le mois de janvier dernier, les fonctionnaires du préemploi ne cachent plus leur désarroi et leur colère. En effet, plusieurs dizaines de travailleurs de cette formule ont de nouveau protesté, jeudi, devant le siège de la Direction de l’emploi des jeunes de Bouira, afin de réclamer le versement des salaires de janvier et février derniers. Les protestataires ont aussi dénoncé «l’absence de communication» de la part de la Direction de l’emploi de Bouira, dont les responsables n’arrivent toujours pas à fournir des explications concernant ces retards. Toujours selon les protestataires, ces retards dans le versement des salaires des contractuels du pré-emploi sont devenus récurrents dans la wilaya, particulièrement durant les périodes de début d’année ou lors des rentrées sociales.

«Aucune justification ou information concernant ce retard ne nous a été fournie, malgré nos nombreuses protestations. Malheureusement, nous sommes au mois de mars et nous attendons toujours de recevoir nos salaires des mois de janvier et février !», se sont-ils insurgés. Le retard qu’accusent les administrations du secteur public dans l’intégration des jeunes contractuels, ayant 8 années d’expérience, dans des postes permanents, a été également dénoncé par ces jeunes du pré-emploi, lesquels ont assuré qu’aucune administration de la wilaya n’a encore finalisé les procédures pour l’opération d’intégration. «Nous sommes aussi confrontés au problème du retard de l’opération d’intégration.

En effet et depuis l’annonce, au mois de novembre dernier, de l’intégration de l’ensemble des fonctionnaires du préemploi, aucun parmi nous n’a été installé officiellement dans un poste permanent. Nous avons seulement été conviés à remplir un dossier et à le déposer, au niveau de chaque direction. Nous travaillons et depuis, rien», a expliqué l’un des protestataires. Il est à signaler que des représentants des protestataires ont été reçus par le directeur de l’emploi de Bouira suite à cette action de protestation. Le même responsable a tenu à les rassurer, leur affirmant que les salaires en retard seront versés, au début de cette semaine.

Oussama K.

Partager