Accueil Littérature La nouvelle resserre le temps et fixe les images

Genre littéraire requérant un rythme et un style particuliers

La nouvelle resserre le temps et fixe les images

2814

Les Rets de l’oiseleur de Tahar Djaout et La ceinture l’ogresse de Rachid Mimouni constituent sans doute les recueils de nouvelles les mieux élaborés dans le paysage littéraire algérien
post-indépendance à côté de ceux de Mohamed Dib. Ce dernier, un géant de la littérature qui a exploré des voies inédites en matière d’imaginaire et de style, a laissé une empreinte indélébile dans le langage de la nouvelle avec ‘’Au café’’. Quant à ‘’Escales’’ de Mouloud Mammeri, il a acquis les suffrages des lecteurs et des critiques bien que, initialement, les nouvelles qu’il contient soient publiées séparément dans des périodiques différents.

L’école et la critique littéraire ne jouent presque plus le rôle de pédagogie et d’éveilleur de sens pour rendre intelligibles et faire aimer les textes littéraires en général et la nouvelle en particulier. Si l’on garde un tant soit peu le sens ou l’architecture du roman, l’on a du mal à définir et surtout à appréhender et intérioriser le sens que recouvre le mot ‘’nouvelle’’. Sentiment confus d’une histoire inachevée ou trop vite terminée dans un délire verbal, sensation de vivre un récit qui déboule parfois en trombe et qui, d’autres fois, coltine des regards et des contemplations assez serrés et assez méticuleux pour ne pas laisser de place à l’action ou à l’agitation ; la lecture de la nouvelle suscite ainsi des réactions contradictoires, nuancées et, certainement, propres à chaque lecteur.
« Une nouvelle, c’est la cristallisation d’un instant arbitrairement choisi où un personnage est en conflit avec un autre personnage, avec son milieu ou avec lui-même », écrit William Faulkner en 1953.
La littérature algérienne de langue française a produit des nouvellistes de grande valeur, mais qui ne se sont jamais contentés de ce titre. Ce sont généralement aussi- parfois souvent- des poètes ou des romanciers. Le métier de nouvelliste ne peut-il pas exister tout seul sans autre appendice ? En tout cas, dans notre jeune histoire littéraire d’après l’Indépendance, de fortes vocations se sont affirmées dans l’écriture de la nouvelle. Lorsqu’on cite Mouloud Achour, c’est d’abord au nouvelliste que l’on pense. Avec ‘’Le Survivant et autres nouvelles’’, ‘’Héliotropes’’ et d’autres titres s’étalant sur plus de vingt-cinq, cet auteur a su pénétrer profondément ce genre et en maîtriser les principaux ressorts.
Djamal Amrani, disparu l’année passée, a lui aussi tenté une intéressante expérience avec particulièrement ‘’Le Dernier crépuscule’’ (SNED-1978). La génération de l’indépendance s’est également illustrée avec deux importants recueils de nouvelles :’’Les Rets de l’oiseleur’’ de Tahar Djaout (ENAL-1984) et ‘’La Ceinture de l’ogresse’’ de Rachid Mimouni (Laphomic-1990).
Parmi les écrivains algériens de la génération de la guerre de Libération, certains noms célèbres voient leurs productions de nouvelles quelques peu escamotées par les autres genres dans lesquelles ils ont fort excellé. Nous pensons d’abord à Mohamed Dib qui a réellement touché à tous les genres d’écriture (roman, conte, nouvelle, poésie, théâtre) et à Mouloud Mammeri qui, outre ses productions romanesques, théâtrales et d’études d’anthropologie culturelle, avait publié dans des diverses revues des nouvelles qui ne seront rassemblées qu’en 1995 par les éditions Bouchène sous le titre ‘’Escales’’, un nom qui se trouve être le titre de l’une des nouvelles contenues dans ce recueil. L’esthétique et l’architecture des nouvelles de Mammeri ne sont pas très loin de celles qui fondent ses œuvres romanesques : la condition humaine, le sens du tragique, la recherche de l’authenticité et de l’identité. Mohamed Dib, quant à lui, imprime les traits réalistes de sa première trilogie romanesque à un grand nombre de ses nouvelles réunis sous les titres ‘’Au Café’’ (Gallimard-1955) et ‘’Le Talisman’’ (Le Seuil-1966). A propos de ce dernier livre, les éditeurs notent : « Situées dans les temps de guerre ou de paix, parfois dans un temps hors du temps, les nouvelles de Mohamed Dib ont tour à tour la précision amère du néoréalisme, l’ambiguïté d’un univers concret mais ensorcelé (…), le mystère d’un déchiffrement symbolique. Le témoin minutieux de La Grande maison, le poète visionnaire de Qui se souvient de la mer joue ici une grande variété d’écritures mais c’est une même tendresse qui partout enveloppe les êtres, la terre, le sens suspendu de la vie ».

Fugaces et enivrants moments d’images et de sonorités

Dans ce bref aperçu de la nouvelle algérienne de langue française, nous ne pouvons oublier Kaddour M’hamsadji, l’enfant de Sour El Ghozlane, qui a écrit des nouvelles dont certaines sont de véritables ‘’petits romans’’. Son recueil ‘’Fleurs de novembre’’ (SNED-1969) rassemble des compositions datant des années 1950/60. Une autre nouvelle intitulée ‘’Les Mouettes de l’éternité’’ est publiée par M’hamsadji dans le magazine ‘’Vie algéroise’’ de mai 1990. Combinant phrase élancée et musicale à des tableaux pittoresques, le texte nous fait voyager dans la ville d’Alger, les méandres de son histoire, l’originalité de son architecture et le bleu marine de ses eaux : « Quel serait donc ce jour qui semblait se concevoir dans les échancrures violacées d’un ciel noyé de brume tandis qu’une d’une aile élégante et sure, les mouettes continuaient de jouer dans l’éternité poétique des saisons ? Elles s’étourdissaient, ces saintes gardiennes, de leurs cris de vierge effarouchée avant de frôler furtivement la souple carapace gris-bleu d’une mer fécondée par de muettes angoisses… ».
Il faut avouer que certains textes d’auteurs algériens tiennent beaucoup de la technique d’écriture de la nouvelle sans pour autant que la critique littéraire ne les aient pris pour tels. L’exemple le plus frappant est ‘’Les Jours de Kabylie’’ de Mouloud Feraoun qui tiennent à la fois du récit, de la chronique et de la nouvelle. De même, la sottie allégorique de Mouloud Mammeri intitulée ‘’La Cité du soleil’’, jointe en annexe à l’entretien que l’auteur a eu avec Tahar Djaout en 1987 (Editions Laphomic) présente certaines caractéristiques de la nouvelle sans qu’elle en soit vraiment une. Elle demeure plutôt une farce ou une sottie comme a bien voulu la dénommer l’auteur.
Signalons également le travail de Christiane Achour consigné dans un livre publié en 2005 aux éditions Métailié sous le titre simple mais expressif : ‘’Des nouvelles d’Algérie’’. Ce recueil rassemble un certain nombre de nouvelles d’auteurs célèbres ou modestement connus (Mammeri, Tahar Djaout, Aziz Chouaki,…). En tout, ce sont vingt-quatre auteurs qui ont essayé de dire ici l’Algérie à leur façon et qui ont en commun un instrument d’expression, la nouvelle.
Le grand critique Pierre Gamarra écrit dans la prestigieuse revue littéraire ‘’Europe’’ : « L’art de la nouvelle est un art d’économie : dire le plus avec le moins. De deux mots, le nouvellier choisit le moindre. Cela donne des œuvres courtes ou assez courtes. On peut convenir d’appeler conte un récit de quelques pages et nouvelle proprement dite une œuvre plus développée. En vérité ce n’est pas seulement par le nombre que la nouvelle se distingue d’une narration plus étendue, du genre du roman. C’est- entre autres choses- par la brièveté et l’acuité de sa dramaturgie, par un nombre réduit de personnages, par la suppression fréquente ou l’abréviation de certains moments ou éléments d’un récit : introduction, présentation, digressions, conclusion. La nouvelle entre vite en matière, sa chute est souvent rapide, saisissante. »

Une histoire récente

L’art de la nouvelle en Europe remonte au 15e siècle. En Italie, on parlait déjà de novella. En France, elle connaîtra le succès avec Les Cent nouvelles (1456) et L’Heptaméron (1558) de Marguerite de Navarre. La narration spécifique commençait déjà à prendre ses contours : un texte bref, bien conté bien enlevé dont le sujet malheureusement, note René Godenne, ‘’sauf chez Marguerite de Navarre, a tendance à se confiner dans la pochade et le trait divertissant, truculent, à la limite du trivial’’. Au 17e siècle, la composition évolua assez rapidement de façon à créer des histoires plus étendues, plus romanesques, en définitive plus littéraires. Ce sera un ‘’petit roman’’, ce qui suppose utilisation de techniques romanesques (intrigues, sous-intrigues, histoires intercalées dans l’aventure principale). En son temps, le roman de Mme de La Fayette ‘’La Princesse de Clèves’’ était considéré comme une nouvelle. Des variantes de nouvelles furent établies par les auteurs : la nouvelle galante, la nouvelle historique, la nouvelle comique,…L’importance que prit ce genre de narration en France avait même, au début du 18e siècle, relégué au second plan le roman. A la fin du 18e siècle, l’association ‘’nouvelle-anecdote’’ utilisée par les écrivains consacre assez le retour à un type de récit bref, dépouillé rapide, resserré au sujet restreint.
Mais c’est au 19e siècle que la nouvelle va connaître un essor extraordinaire. A l’époque romantique, note le professeur Henri Lemaître, Charles Nodier d’abord, puis Prosper Mérimée donnèrent à la nouvelle française moderne son caractère spécifique : court récit, où le réalisme se combine volontiers avec l’extraordinaire après eux, Maupassant portera la nouvelle à son apogée, comme moyen de condensation de l’esthétique naturaliste, et Villiers de l’Isle-Adam, tout en utilisant le terme de conte, en fera le mode d’expression d’un merveilleux parfois ironique. Deux raisons peuvent expliquer la fortune de la nouvelle au siècle de Maupassant : d’une part, les journaux, les périodiques, les revue publient régulièrement des textes courts, d’où la forte demande de nouvelles ; d’autre part, l’écrivain pratique autant, et avec un égal bonheur, l’art du roman comme l’art de la nouvelle : Balzac (‘’Contes drolatiques’’-1832/33), Vigny (‘’servitudes et grandeurs militaires’’-1935), Gautier (‘’Nouvelles’’-1845), Musset (‘’Nouvelles’’-1948), Nerval (‘’Les filles du feu’’-1854),…En tout cas, l’abondance de la matière et de la technique offrait une multiplicité de visages pour la nouvelle (récit dramatique, historique, divertissant, psychologique, réaliste ; récit bref, plus étoffé écrit à la troisième personne ou à la première personne,…).

Moment et instant

Au 20e siècle, la nouvelle ne semble pas bénéficier de la même audience qu’avant. Même les auteurs ne sollicitent plus avec la même ferveur ni avec la même confiance cette forme d’expression littéraire. Pour certains, elle a pris le sens de ‘’récit’’, pour d’autres, elle signifie ‘’court roman’’.
René Godenne trouve que « pour les lecteurs, les choses sont claires et nettes : la nouvelle n’est qu’un sous-produit du roman, un roman avorté un fond de tiroir dont on ne savait que faire, auquel on dénie la moindre valeur, le moindre intérêt. Les lecteurs ne parviennent plus surtout à admettre le mode particulier de lecture qu’impose un recueil : ils se refusent à lire un volume composé de plusieurs histoires, parce qu’ils se refusent, plusieurs fois de suite à abandonner des personnages et des événements pour entrer ex abrupto dans une autre aventure qu’il leur faudra abandonner à son tour peu après ».
Malgré ce constat amer, des écrivains ont continué à écrire, tout au long du 20e siècle, des nouvelles. En Amérique, en Italie, en France aussi, le texte court, condensé à la course rapide, continue à être produit par des auteurs dont certains en ont fait une spécialité : Paul Morand, Marcel Arland, Marcel Aymé Daniel Boulanger,…Outre les livres, des revues littéraires tiennent encore à publier périodiquement des nouvelles de quelques pages à l’intention de leurs lecteurs.
« Insaisissable, et partout présente », affirme le professeur Etiemble dans l’Encyclopédia Universalis. Et il ajoute : ‘’Récit bref, à peu de personnages et bâti en façon de drame, mais non pas nécessairement tel. Vainement veut-on l’isoler du roman qui serait le domaine du temps, la nouvelle étant celui de l’instant’’.

Amar Naït Messaoud
[email protected]