Accueil National “Je serai bientôt à Béjaïa pour concrétiser des projets”

Chérif Rahmani, ministre de l’Environnement

“Je serai bientôt à Béjaïa pour concrétiser des projets”

3253

Les ressources en eau sont l’un des éléments les plus importantes dans la contribution au développement d’une région et Béjaïa verra très prochainement, la réalisation de barrages à Ighil Imdane (Draâ El Caïd), Beni K’sila, une station de dessalement d’eau à Boukhlifa d’une capacité de 100 000 m3 en plus de l’actuel barrage de Tichy Haff lequel ramènera des investisseurs dans la région en plus d’autres projets très importants notamment dans les secteurs de la santé et de la culture entre autres, en un mot en relation avec le développement économique de la région.
Par ailleurs, dans le cadre de la préservation de l’environnement, plusieurs centres d’enfouissement technique et centres de tri seront réalisés très prochainement à Béjaïa, Akbou, Amalou, El Kseur, Beni K’sila, Sidi Aïch sans omettre l’étude qui se fait actuellement pour la réalisation d’une quarantaine de décharges contrôlées pour mettre un terme définitivement aux multiples décharges, qui jonchent les plages, forêts et villes de la wilaya de Béjaïa. Ce sont là les principaux éléments de la réponse donnée par Chérif Rahmani, à Kamel Bouchoucha, député RND de la wilaya de Béjaïa, lequel a, lors de la session de la plénière de jeudi passé posé la question au ministre de l’environnement et de l’aménagement du territoire sur la place accordée à la wilaya de Béjaïa, dans le schéma national d’aménagement du territoire. Dans sa réponse, le ministre rappellera un fait qui en dit long sur l’absence de moyens d’attraction à d’éventuels investisseurs à Béjaïa. En effet, il dira que le nombre d’habitants ayant fui la région est supérieur à celui l’ayant rejointe. Les statistiques de 2008 font ressortir Béjaïa dans la zone négative. A 2011, il n y a que 900 000 habitants à Béjaïa et le taux de développement annuel enregistré durant la décennie écoulée est de 0,7% de très loin inférieur au taux national qui est de 1,72%. L’exode vers d’autres wilayas est très important et d’ailleurs, on dénombre 30% de départs vers Alger, 12% vers Sétif, 6% vers Boumerdès et 5% vers Bordj Bou-Arréridj, chiffres beaucoup plus importants que ceux des arrivées et il soulignera le nombre de 15 000 départs enregistrés en 2002. D’ici 2030, la wilaya de Béjaïa comptera 1 300 000 habitants et de par sa position de région trait d’union entre l’Est et le Centre du pays, elle doit être prise en considération. D’ailleurs, le schéma de wilaya d’aménagement du territoire jouera un rôle très important dans le domaine du développement économique de la région laquelle recèle énormément de potentialités économiques telles que l’aéroport, le port et un tissu industriel des plus importants. Pour clore son intervention, le ministre de l’environnement et de l’aménagement du territoire promettra une visite à Béjaïa pour concrétiser une multitude de projets inscrits ou en voie de réalisation accordés à la wilaya.

A. Gana