Accueil National Les enseignants de l’école paramédicale en grève

Tizi-Ouzou : Ils exigent la satisfaction de leur plate-forme de revendications

Les enseignants de l’école paramédicale en grève

2358

Les enseignants de l’école paramédicale de Tizi-Ouzou observent un arrêt de travail depuis le jeudi dernier et ce, « jusqu’à satisfaction de leurs revendications », selon les dires d’un délégué syndical. En effet, et après avoir gelé leur grève prévue pour le début de la semaine précédente, les enseignants reviennent à la charge pour revendiquer « le payement des rappels et des primes de performances », qui représentent les principales revendications des enseignants. « Cela n’a pas été fait, c’est pour cette raison que nous sommes en arrêt de travail depuis jeudi », nous a indiqué hier, le même délégué rencontré au niveau de l’école et ce, suite à une « décision prise et signée par la majorité des adhérents de notre syndicat », ajoute-t-il. Revenant sur la décision de recourir à la grève après l’avoir gelée, le même délégué nous dira qu’ »au départ, nous avions cru l’administration, concernant les deux premières revendications, à savoir le payement des rappels et des performances des trois derniers semestres, une instruction a été donnée par la tutelle pour cela.
Cependant, il y a un blocage et nous ignorons à quel niveau ». Lors de notre présence, hier, au niveau de l’école paramédicale, un représentant de l’administration nous a fait savoir que « le directeur de l’établissement est absent et que concernant la grève, celle-ci ne concerne que les syndicalistes ». Pour rappel, selon le délégué syndical, les représentants du collectif des enseignants de l’école paramédicale ont adressé dernièrement, « un préavis de grève à la direction de l’établissement et à la DSP. Un ultimatum de 12 jours leur a été donné afin de répondre à la plate-forme de revendications » dans la quelle, ils réclament, ajoute-t-il, « le payement des rappels, de la performance des 3 derniers semestres, des examens et concours (non payés depuis 2009) ainsi que les avances demandées par certains enseignants ».

R. Selmani