Accueil National Les citoyens de Taourirt Aden ferment l’ADE locale

Mekla : Ils protestent contre le manque d’eau potable

Les citoyens de Taourirt Aden ferment l’ADE locale

8194

Les habitants du village Taourirt Aden, dans la commune de Mekla, ont procédé hier, à la fermeture de l’agence de l’Algérienne des Eaux de ladite localité. Ils voulaient, ainsi, protester contre le manque d’eau potable dans la région.

Les coupures récurrentes et le manque d’eau potable dans plusieurs régions de Tizi-Ouzou ne cessent de soulever le courroux des citoyens à travers les quatre coins de la wilaya.
De par leurs actions de rue, des communiqués de presse et autres manifestations, ces derniers réclament l’eau potable. Hier, c’était au tour des villageois de Taourirt Aden, dans la commune de Mekla, à une vingtaine de kilomètres du chef-lieu de la wilaya.
Ces derniers se sont manifestés en fermant le siège de l’agence ADE de la commune afin de réclamer leur droit à l’accès à l’eau potable.
En effet, tôt dans la matinée d’hier, plusieurs centaines de personnes, issues dudit village, ont procédé à la fermeture de l’agence de l’Algérienne des Eaux au niveau de la commune de Mekla. Selon un citoyen de la région contacté par nos soins, le village de Taourirt est privé d’eau depuis maintenant plus de cinq mois.
En effet, depuis le mois de Ramadhan, les habitants du village n’ont droit qu’à quelques minutes d’eau dans leurs robinets une fois tous les quinze jours, nous explique le même citoyen.
Ainsi, après avoir frappé à toutes les portes des autorités locales, et ne voyant rien venir, les villageois n’ont pas hésité à passer à l’action.
Ciblant le siège de l’ADE de la localité ces dernier ont voulu, comme a tenu à l’exprimer notre interlocuteur, « frapper fort et faire en sorte que notre doléance soit prise en compte ».
Ce que déplore notre interlocuteur, c’est le fait que le réseau d’assainissement réalisé au niveau du village à coûté la bagatelle de 800 millions de centimes « aux habitants du village », car assure-t-il, « il y a cinq ans, les villageois ont procédé à la réalisation du réseau d’assainissement d’eau potable avec leurs propres moyens ».
Il enchaînera par dire que « les villageois le regrettent aujourd’hui, étant donné qu’ils ne recueillent pas le fruit de leurs efforts et demeurent privés d’eau potable ». A signaler que la commune de Mekla fait partie des régions qui souffrent le plus du manque en eau potable, pour ne pas dire de l’absence totale de ce liquide vital, et de la défaillance dans sa distribution.
En effet, en hiver comme en été les gens de la commune n’ont pas accès à l’eau, ou alors ils en bénéficient mais d’une manière insuffisante.
Plusieurs villages en pâtissent, l’eau ne leur est accessible qu’une fois tous les dix, quinze, voire même vingt jours. Les citoyens de Taourirt Aden, ayant été entendus par le chef de daïra, ont eu la promesse de voir leur problème réglé dans la quinzaine.
De leur côté et d’ici là les villageois menacent de passer à d’autres actions beaucoup plus radicales si leur doléance n’est pas prise en charge.

Tassadit Ch.