Accueil National Journée de protestation aujourd’hui

Journée de protestation aujourd’hui

3058

Le conseil du Syndicat national autonome des personnels des administrations publiques (SNAPAP) appelle, dans une déclaration déposée à notre bureau de Tizi Ouzou, l’ensemble des fonctionnaires à venir massivement au rassemblement qui aura lieu aujourd’hui (lundi) de 9h à midi, devant la tour rectorale.L’objectif de cette manifestation est de protester contre la décision jugée d’arbitraire, prise par le rectorat, consistant à opérer des ponctions sur salaire, suite à une grève précédemment observée.Dans la déclaration qui nous a été remise, le SNAPAP souligne qu’une fois de plus, « face aux revendications légitimes des personnels, le recteur de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou opte pour la politique de la fuite en avant. Après une longue et vaine campagne de déstabilisation de l’union syndicale prônée par le recteur via des déclarations diffamatoires, nous voilà retournés aux pratiques des années de plomb où l’art de la menace et de l’intimidation battait son plein ».La SNAPAP précise que suite à la réussite de la grève des 19, 20 et 21 septembre 2004, suivie par la quasi-totalité du personnel et qui a suscité le soutien des autres syndicats, notamment le CNES, le premier responsable de l’université, à défaut de solutions appropriées aux préoccupations des fonctionnaires, « succombe dans le jeu trouble en ordonnant des ponctions sur salaire au mépris des lois et règles qui régissent le recours à une telle procédure ». Le SNAPAP dénonce la mesure en question.Il demande la mise en place du nouvel organigramme de l’université.Le SNAPAP rapporte que des fonctionnaires n’ayant pas pris part à la campagne d’inscription des nouveaux bacheliers ont été rémunérés et déplore « le laxisme volontaire quant aux absences prolongées et non justifiées des employés proches de l’équipe dirigeante de l’université. Le SNAPAP dénonce aussi « la clochardisation de l’enceinte universitaire, proie aux hordes de chiens errants qui représentent un danger réel pour toute la communauté universitaire et qui cesse de ternir l’image de l’institution, en plus de l’afflux de personnes étrangères à vocation provocatrice ». Dans son communiqué, le SNAPAP revendique le reliquat de 25 logements et le logement d’astreinte squatté à Irdjen.Le SNAPAP signale qu’il aura recours à toutes les procédures et actions jugées opportunes afin de rétablir les fonctionnaires dans leurs droits et de mettre fin à une « hégémonie qui qui n’a que trop duré. »

A.Mohellebi