Accueil National Conflit autour d’une église à El Majene

Fréha - La situation a failli dégénérer vendredi dernier

Conflit autour d’une église à El Majene

6893

Le village El Majene de Fréha, a connu des perturbations sou haute tension, vendredi dernier. Et pour cause, une altercation entre des villageois et des religieux chrétiens a éclaté. Nos sources ajoutent, que les deux antagonistes ont même failli en arriver aux mains à un certain moment. Une altercation née, après que des villageois ont demandé la fermeture du lieu de culte des chrétiens, une église dont la bâtisse appartiendrait à un particulier. Ainsi, afin d’appuyer leur demande de délocalisation, pour ainsi dire, les villageois «en bon nombre» précisent nos sources, se sont présenté sur les lieux ou les chrétiens en nombre tout autant important, faisaient leur rituel de prière. Il était environs 10h, lorsque les hostilités ont commencé. Bien entendu les religieux n’ont pas obtempérer, préférant continuer leur prière. Devant l’insistance des villageois, les chrétiens ont fini par «riposter» verbalement, cela s’entend. La tension est montée d’un cran, rapportent des sources locales et c’est là justement, que les esprits se sont échauffés. L’irréparable a été évité de justesse et ce grâce à l’intervention des sages du village ainsi que des éléments des services de sécurité qui ont été alertés. La situation a durée environ deux heures. Après coup, les religieux ont déposé plainte au niveau de la gendarmerie de Fréha. De leur coté croit-on savoir, les villageois comptent lancer une pétition afin de demander, voir exiger le départ et la fermeture de la dite église. Selon, ces derniers, la dite église n’a pas été autorisée et n’est pas légale. Les villageois se demandent d’ailleurs, sur quelle base elle a été autorisée à ouvrir ses portes. Combien même, les autorités locales et les pouvoirs publics d’une manière générale, doivent intervenir pour tenter de maitriser la situation avant qu’il ne soit trop tard et que l’irrémédiable ne se produise. Cependant, ce n’est pas la première fois que ce genre de conflit arrive à Tizi Ouzou et en Kabylie, qui est pourtant, une région dont la population est connue pour son sens et sa nature libre et démocratique. Dans le passé plusieurs bras de fer ont défrayé la chronique au niveau local. C’est pour cela que cette autre «affaire» liée au culte doit être vite étouffée et cela en trouvant une solution logique et juste.

M.O.B