Accueil National L’EHS cardio-pédiatrique de Draâ Ben Khedda opérationnel

Tizi-Ouzou : Il a été inauguré hier par le ministre de la santé

L’EHS cardio-pédiatrique de Draâ Ben Khedda opérationnel

6821

Au grand bonheur de la population de la wilaya de Tizi-Ouzou, l’établissement hospitalier spécialisé en cardiologie pédiatrique de Draâ Ben Khedda a officiellement été mis en service, hier matin, par le ministre de la Santé de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, lors d’une visite de travail et d’inspection qu’il a effectuée dans la wilaya.

Pour rappel, lors d’une précédente visite effectuée début janvier dernier, il avait sommé le DSP et tous les concernés d’ouvrir ledit établissement dans un délai de trois mois, soit à la fin mars. La promesse a été tenue et il est, ainsi, revenu pour inaugurer cet établissement qui, portera, désormais, le nom de «Yacef Omar» où «Le p’tit Omar». Un jeune Chahid tombé au champ d’honneur, le 8 octobre 1957, lors de la bataille d’Alger. Accompagné d’une importante délégation, dont le wali, M. Bouazghi, le P/APW, M. Haroun, le maire de Tizi-Ouzou, M. Ait Menguellet, ainsi que plusieurs élus et l’ensemble des directeurs des différents secteurs de la wilaya, le ministre s’est rendu, en premier lieu, au niveau du cimetière des martyrs de M’Douha, pour un dépôt de gerbes de fleurs au carré des martyrs, à l’occasion de la journée nationale du Chahid qui coïncide avec le 18 février de chaque année. Par la suite, la délégation s’est rendue au niveau de l’EHS cardio-pédiatrique. Sur place, maintes explications concernant les activités de cet hôpital ont été fournies au premier responsable du secteur de la santé. On lui a indiqué que trois opérations ont été déjà faites, dans la journée d’avant-hier, sur des sujets âgés entre 6 mois à 18 ans, une fillette de 6 mois, un garçon de 12 ans et un adulte. Deux personnes ont également été opérées, hier, notamment une gamine de 5 ans, par le professeur Bourzeg. Le DSP indiquera qu’il y a environ 80 malades, venus de différentes wilayas du pays, qui sont dans la liste d’attente et qui auront les soins nécessaires dans les prochains jours. «Je tiens à féliciter le wali, ainsi que le DSP pour les efforts fournis afin d’ouvrir cet EHS avant que le délai accordé ne soit achevé. De plus, je tiens à rendre hommage au Pr Ziri, pour sa contribution dans les démarches de mise en place de cet établissement, qui est un joyau et un acquis pour la wilaya», a-t-il dit, ajoutant : «Cet établissement recevra les patients des différentes wilayas». M. Boudiaf a inspecté les différents services de cet hôpital, en passant notamment par la réception, le bloc opératoire, les services de réanimation et de radiologie, le laboratoire et la cuisine. Lors de cette visite, le ministre a instruit les responsables du secteur quant à l’informatisation des services. « Vous avez réalisé une très belle structure. Maintenant, je veux que l’EHS cardio-pédiatrique de Draà Ben Khedda soit informatisé», a-t-il dit. Ensuite, une projection relative au projet du centre anti cancer (CAC) a été faite par l’entreprise ELEKTA, compagnie suédoise qui fournit des machines de radiothérapie, de radio-chirurgie, les équipements et logiciels connexes participant au traitement du cancer et des affections du cerveau. Le matériel du CAC sera disponible à partir du mois de juin prochain, a-t-on indiqué sur les lieux. La livraison du projet, quant à elle, aura lieu en janvier 2015, sur instruction du ministre de la Santé qui a désigné le Pr Boualga Kada pour encadrer le personnel de ce futur CAC. Pour rappel, cet établissement d’une capacité de 80 lits, a bénéficié d’une enveloppe de près de 3,4 milliards de DA, dont 1,5 milliard pour un équipement médicales de dernière génération.

«C’est réglé je vous ai envoyé des radiologues…»

«Pour ce qui de la cardio- pédiatrie, à l’échelle nationale, et en dehors du privé où elle est en train de se développer, nous l’encourageons. D’ailleurs, nous sommes en train de faire du privé un partenaire du secteur public. Je ne veux pas qu’il y ait des dysfonctionnements», a déclaré le ministre, en marge de cette visite, ajoutant : «Il faut qu’il y ait une conciliation entre les deux services. Il y a beaucoup à faire. D’ailleurs, nous aurons une réunion avec les responsables des cliniques privées». Quant à la question de savoir si d’autres établissements de ce genre sont prévus, le ministre dira : «Il y a un ancien programme pour faire un institut de soins et de recherches académiques au niveau d’Alger. Le site été choisi et est situé du côté d’Ain-Naàdja. Maintenant, nous sommes en phase d’étude pour voir qu’elle est la faisabilité du projet. Et si nous arrivons à une bonne conclusion, on optera pour ça et nous ferons quelque chose de bien. L’EHS cardio-pédiatrique de Draâ Ben Khedda a une vocation, non seulement locale mais aussi nationale. Entre hier et aujourd’hui (avant-hier et hier NDLR…), il y a 6 malades venus de différentes wilayas, notamment de Ghardaïa, d’Alger, d’Oran et de Tamanrasset». Toujours dans le même cadre, M. Boudiaf indiquera que l’Algérie doit reprendre sa place au niveau international. «Nous y travaillons. Nous avons mis en place un programme riche pour le secteur de la santé. Nous allons tenir les assises de la santé vers la fin mars ou début avril. Le système de la santé doit changer et doit surtout suivre l’évolution régionale et internationale», a-t-il affirmé. Le ministre a, par ailleurs, insisté sur l’informatisation des différents services des établissements hospitaliers, pour faciliter la tâche, au malade et au médecin. « Les travaux ont repris au niveau du CAC. Il y a plus de 80 ouvriers sur place. Certes, il y avait des problèmes, car des gens occupaient illicitement le terrain sis à coté et aussi un problème d’assiette, ajouté à un problème entre le bureau d’études et la DLEP qui se charge de la réalisation, mais maintenant, l’ensemble des problèmes ont été réglés et nous allons pouvoir avancer. Il y a un effort qui se fait sur le terrain. Je crois que d’ici la fin de l’année, nous procéderons à l’inauguration de ce centre », expliquera le ministre en poursuivant : «Je viens de nommer le Pr Boualga, qui aura la charge du CAC, pour la formation des paramédicaux, radiologues et médecins. Nous devons tout prévoir. D’ici la fin de l’année, si je viens inaugurer le centre, nous procéderons de la même façon qu’aujourd’hui». Pour le problème du manque en matière de radiologues, le ministre dira : «C’est réglé ! Je vous ai envoyé des radiologues». Il affirmera, en outre, qu’«il ne faut pas se voiler la face, la radiothérapie au niveau du centre Pierre et Marie Curie a un problème. Nous sommes en train d’ouvrir l’oncologie au niveau national et de généraliser cela pour une meilleure prise en charge du malade». Enfin, le ministre conclura en assurant que des efforts sont en train de se faire pour redorer le blason du secteur de la santé.

Samira Bouabdellah