Accueil National Les anti-gaz de schiste protestent

Béjaïa : Tout en appelant à une marche populaire pour mercredi prochain

Les anti-gaz de schiste protestent

2258

Ils étaient des dizaines de militants anti-gaz de schiste à s’être rassemblés, hier matin, sur la place de la liberté de la presse Saïd Mekbel à Béjaïa ville, pour dire «non à l’exploration et à l’exploitation du gaz de schiste» à In Salah et ailleurs. «Il faut au préalable un débat national sur les questions de souveraineté nationale», a martelé Kamel Aïssat, premier responsable du Parti socialiste des travailleurs (PST) de Béjaïa, en estimant que les experts qui se sont exprimés jusqu’à maintenant sur la question de l’exploration et de l’exploitation du gaz de schiste en Algérie seraient au «service des bureaux d’études et de l’impérialisme». Lui succédant au micro, un militant du Mouvement démocratique et social (MDS) a fait observer que « tous les Algériens sont concernés par cette question», en soutenant que la décision finale de l’exploitation du gaz de schiste revient au peuple. Même son de cloche du côté de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme, bureau de Béjaïa, et du Café littéraire, dont les membres ont pris part au rassemblement d’hier. Dans une déclaration conjointement signée par le LADDH, PST, MDS, RAJ, Café littéraire de Béjaïa et le Collectif culturel indépendant, il est souligné : «à l’heure actuelle, la technique d’exploitation du gaz de schiste par la fracturation hydraulique interdite en France et ailleurs nécessite l’utilisation de quantités énormes d’eau, ce qui, à terme, épuisera les réserves de la nappe albienne, pollue la nappe phréatique et émet des radiations cancérigènes». Les signataires du document estiment, qu’«au lieu d’une politique et une stratégie économique tournée vers des investissements créateurs de richesses et d’emplois, porteurs d’un développement durable et d’une vision pour diversifier l’économie nationale hors hydrocarbure sans porter atteinte à l’environnement et à la santé publique, le gouvernement préfère la fuite en avant en adoptant une politique suicidaire au détriment de l’intérêt général du pays et des générations futures». Un appel a été par ailleurs lancé par les organisateurs de cette action de protestation en direction de «toutes les forces vives» à l’effet de prendre part à une marche pacifique qui sera organisée mercredi prochain au chef-lieu de wilaya de Béjaïa pour « soutenir le mouvement d’In Salah (…) et exiger l’arrêt immédiat de l’exploitation du gaz de schiste sur le territoire national».

Dalil S.