Accueil National Il emménage sur la RN12 pour réclamer un logement

Mekla

Il emménage sur la RN12 pour réclamer un logement

2854

Un fait insolite s’est produit, hier matin, sur la route nationale N°12, en plein carrefour reliant la daïra de Mekla à Tizi-Ouzou. Il s’agit d’un citoyen qui a bloqué la route avec son tracteur cabine (qu’il a acquis dans le cadre Ansej affirmé le maire de la localité !) duquel il s’affairait à décharger ses effets : Un écran plasma, un lecteur DVD, une table haute de jardin et pas moins de quatre chaises, un lit maison pour une personne en bois et plein d’ustensiles de cuisine, réchaud, des bassines, bouteille de gaz butane et… menaçait d’entamer une grève de faim pour réclamer un logement de la mairie. Le jeune homme, paraît-il âgé de 36 ans, serait un habitant du village d’Aqarou dans la commune d’Aït Khelili, daïra de Mekla. Le jeune homme a expliqué son initiative avec ces propos : «Depuis 1990, j’attends un logement social. Mon défunt père avait fait la démarche, et moi je l’ai encore refaite depuis 2013, mais sans succès. Je revendique un logement social décent ou sinon un terrain». Le maire d’Aït Khelili qui s’est déplacé sur les lieux, lui a proposé de «s’inscrire au programme de l’auto-construction, vu que l’APC ne possède pas de logements sociaux à attribuer.» Chose «que le citoyen contestataire a refusé», sous prétexte que l’endroit où se trouve son terrain «n’est pas raccordé en eau potable, ni électricité et gaz». Le maire excédé devant par la réaction du jeune «frondeur» tentera quand même de le raisonner en lui rappelant qu’il «avait bénéficié du programme Ansej, comme tous les autres jeunes algériens, et qu’il a une maison et devrait quand même faire un effort pour travailler et améliorer sa situation, comme tout le monde le fait. Sa situation est de loin meilleure à celles de plusieurs jeunes de la localité ou du quartier où il habite», a commenté le maire. Le concerné de son côté se voulait «déterminé» à mener son action jusqu’au bout, avant qu’il ne soit délogé en fin de matinée par les éléments de la gendarmerie nationale.

Kamela Haddoum