Accueil National Les travailleurs de la subdivision des travaux publics débrayent

Bechloul Ils réclament le départ du subdivisionnaire

Les travailleurs de la subdivision des travaux publics débrayent

2949

Les ouvriers de la subdivision des travaux publics de la commune de Bechloul, ont entamé hier, une grève illimitée pour réclamer l’amélioration de leurs conditions de travails. Les protestataires qui ont procédé dès le matin à la fermeture du siège de la subdivision, ont aussi organisé un rassemblement de protestation. Ils ont tenu à dénoncer «les conditions lamentables de leur travail ainsi que le manque flagrant des moyens, et ce, depuis plusieurs années». Ils réclament ainsi le départ du subdivisionnaire des travaux publics. «Nous ne pouvons pas continuer à travailler dans de telles conditions. Notre dignité est bafouée», ont-ils déclarés. Dans une requête adressée au directeur des travaux publics (DTP) de la wilaya de Bouira, et dont une copie nous a été remise, les ouvriers grévistes sollicitent l’intervention du premier responsable du secteur pour «mettre un terme au cauchemar qu’ils sont en train de vivre, et ce, depuis l’arrivée du responsable de la subdivision». «Ce dernier ne cesse de nous humilier et nous mépriser. Si ce ne sont pas les agressions verbales, ce sont les retenues sur salaires et la prime de rendement auxquelles il a recours. Ceci en faisant fi de la grille de nos salaires, déjà diminuée !», lit-on dans cette requête, signée par 33 ouvriers de cette section. Les représentants des travailleurs, ont également soulevé plusieurs revendications, liées particulièrement à leurs conditions socioprofessionnelles. À ce propos, ils font savoir qu’ils interviennent dans la totalité des chemins de wilaya, aussi sur la RN05 et l’autoroute Est-Ouest. «Malheureusement, nous travaillons dans des conditions pénibles, et même durant les soirées et week-ends, sans moyens matériels ni protection et avec des salaires qui dépassent à peine le SMIG !», estime l’un des représentants des protestataires. Notre interlocuteur avancera que le directeur de la subdivision effectue des ponctions régulières sur leurs salaires, «souvent arbitrairement». À noter que le siège de la subdivision a été rouvert vers 10h, suite à une intervention de la Police, mais les travailleurs ont maintenu le sit-in à l’intérieur même dudit établissement. Le directeur a tenté d’entreprendre des négociations avec les protestataires pour apaiser la situation, en vain. Les grévistes ont rejeté la proposition du directeur en réclamant le déplacement sur place du DTP. À noter, également, que nous avons essayé de contacter le directeur de la subdivision pour connaître sa version des faits, mais ce dernier a refusé de s’exprimer. Pour sa part, le DTP de Bouira que nous avons joint au téléphone, a déclaré que cette action est chapeautée par deux ouvriers qui seront traduit prochainement devant la commission paritaire pour une agression physique perpétrée à l’encontre du subdivisionnaire. Concernant les revendications d’ordre professionnel des travailleurs, le même responsable a affirmé qu’une commission de sa direction, composée de chefs de services, s’est déplacée sur les lieux pour se réunir avec les protestataires et recueillir leurs préoccupations.

Oussama Khitouche